Ils n'auront eu qu'une journée de congé. A peine descendus de leur bicyclette dimanche, sur les Champs-Elysées, Lance Armstrong (qui disputait hier un critérium en Hollande, à Bois-le-Duc!), Alex Zülle, Laurent Dufaux, Jörg Jaksche, Armin et Roland Meier, Stefano Garzelli, Beat Berg, Fabian Jecker ou encore Rolf Huser enfourchent à nouveau leur outil de travail ce soir. Et pour une épreuve qui n'a rien d'une sinécure: la classique «A Travers Lausanne».

Une fois de plus, l'affiche de cette course est somptueuse. Car les cadors de la Grande Boucle seront opposés à des cyclistes qui, eux, n'ont pas eu à s'époumoner trois semaines durant sur les routes de l'Hexagone. On pense là aux Italiens Ivan Gotti – vainqueur en juin dernier du Tour d'Italie après «l'arrêt de travail» signifié à Marco Pantani – et Paolo Savoldelli, ou aux Suisses Niki Aebersold et Sven Montgomery (Post Swiss Team), révélations de la saison.

Oscar Camenzind

et Pascal Richard trop chers

Selon Marc Biver directeur de la firme IMG (Suisse) et organisateur de l'épreuve – avec le soutien technique du Cyclophile lausannois – le budget «primes de départ» d'«A Travers Lausanne» ascende à 100 000 francs suisses pour 25 coureurs. Marc Biver refuse de dire combien exige Lance Armstrong. «Après sa victoire au Tour de France, nous avons dû indexer sa prime. Mais cela était prévu dans un contrat qu'il a signé il y a longtemps», se contente-t-il d'expliquer. «Vous comprendrez que nous ne souhaitions pas payer les 15 000 francs que nous réclamait Oscar Camenzind, le champion du monde en titre, ou les 10 000 exigés par Pascal Richard, champion olympique à Atlanta en 1996. Ces garçons étaient beaucoup trop chers pour nous.»

Vingt-cinq coureurs s'élanceront donc ce mardi sur le coup de 17 h 55 (le Suisse Thomas Frischknecht le premier et Lance Armstrong le dernier à 18 h 32) pour ce contre-la-montre disputé en deux manches. L'ordre des départs de la deuxième manche – dont le coup d'envoi sera donné à 19 h 55 – sera fonction de l'ordre d'arrivée de la première, mais de manière inversée: l'auteur du meilleur temps partira ainsi en dernier.

Un parcours inchangé

Le parcours sera le même que celui de l'année passée, avec un départ donné sur les quais d'Ouchy, à la hauteur du Musée olympique, et une arrivée à Sauvabelin (6 km 850 pour 265 m de dénivellation). Quelque 40 000 spectateurs sont attendus le long du parcours, dont une grande partie se massera probablement dans les endroits clés que sont l'avenue des Bains, le Petit-Chêne, la Mercerie (passage plus étroit que d'habitude en raison de travaux) et enfin la route du Signal, juste avant Sauvabelin.

L'an dernier, c'est l'Italien Marco Pantani qui l'avait emporté devant l'Américain Bobby Julich et le Suisse Pascal Richard. Le «pirate» succédait au palmarès à Laurent Dufaux (en 1997) et Tony Rominger (1996). Enfin, il est bon de rappeler les noms de quelques vainqueurs prestigieux d'«A Travers Lausanne»: Ferdy Kübler (cinq fois entre 1940 et 1945), Fausto Coppi, Raymond Poulidor, Eddy Merckx, Luis Ocaña ou encore Joop Zoetemelk.

Le programme: 16 h 15: présentation des équipes Pro-Am. 16 h 30: départ du Pro-Am. 17 h 55: départ d'«A Travers Lausanne» (2 manches). 10 h 45: remise des prix.