Arsène Wenger a la conviction que l’équipe dotée des meilleurs ailiers remportera la Coupe du monde 2022. Ancien entraîneur d’Arsenal, aujourd’hui directeur du développement du football mondial au sein de la FIFA, le Français de 73 ans suit le tournoi en portant une attention particulière à l’évolution du jeu, et ses conclusions sont sans appel après le premier tour. «Les équipes sont nombreuses à concentrer leurs efforts défensifs dans l’axe, où il devient très difficile de passer, analyse-t-il lors d’une conférence de presse organisée dimanche à Doha. C’est sur les côtés qu’il est possible de faire la différence.»