Ses fans l'appelaient le «Roi Artur». C'était du temps de sa splendeur, lorsqu'il marquait sous les couleurs du Benfica Lisbonne, au début des années 1970. Palmarès élogieux: deux récompenses de meilleur buteur du championnat en 1971 et 1972, trois victoires en Coupe du Portugal et quatre titres de champion.

Comme entraîneur, le bilan d'Artur Jorge, 61 ans, aujourd'hui désigné sélectionneur de l'équipe d'Iran, s'avère plus contrasté. Etincelant avec le FC Porto dans les années 1980 (champion du Portugal en 1985, 1986 et 1990 et victoire en Coupe d'Europe des clubs champions en 1987), toujours efficace avec le Paris-Saint-Germain au début des années 1990 (vainqueur de la Coupe de France en 1993 et champion de France en 1994), le coach portugais perd ensuite de son aura. On se souvient de son passage controversé à la tête de l'équipe de Suisse (1995-1996). A peine débarqué, Artur Jorge évince les stars Alain Sutter et Adrian Knupp, puis laisse Stéphane Chapuisat sur le banc. Emoi national.

Les années qui suivent, Artur Jorge dirige plusieurs équipes nationales, dont le Portugal, l'Arabie saoudite et, plus récemment, le Cameroun (2004-2006). En alternance, il entraîne aussi des clubs de renom, tels que le PSG (1998-1999) ou le CSKA Moscou (2004). Sans convaincre.

De limogeages en démissions, l'inexorable déclin se poursuit, jusqu'à Créteil (2006-2007), club de deuxième division française, où le Portugais était pourtant attendu comme le sauveur. Las, le peu bavard Arthur Jorge donne des signes de fatigue. En coulisses, la rumeur court sur une santé prétendue fragile et des moments d'absences préoccupants. Et voilà Créteil relégué au terme de l'exercice 2007.

Mondial 2010

C'est dire si l'offre iranienne tient de la providence, après que la république des mollahs a approché sans succès l'Anglais Peter Reid, l'Allemand Winfried Schaefer et le Français Philippe Troussier... Mal en point, sans entraîneur depuis six mois (l'ex-coach Amir Ghalenoei a été limogé faute de résultats en Coupe d'Asie), l'équipe d'Iran a néanmoins de bonnes chances de participer au Mondial 2010 en Afrique du Sud. Dans son groupe de qualification, elle retrouvera le Koweït, les Emirats arabes unis et la Syrie.

«Depuis quelques mois, Artur Jorge cherchait désespérément un emploi, note Hervé Penot, journaliste à L'Équipe. Il souhaitait entraîner à nouveau le Cameroun mais plusieurs responsables locaux s'y opposaient. Au fond, qualifier l'Iran pour le Mondial s'avère un challenge motivant, et financièrement intéressant.» Parions qu'Artur Jorge ne sera pas dépaysé. Il a l'habitude de voyager.