A priori, tout cela est très logique. Ashleigh Barty est tête de série numéro un du tournoi, et même numéro un mondiale. Elle n’a pas perdu un set du tournoi, elle possède en elle cette culture sportive victorienne qui lui a même fait quitter un temps le tennis pour le cricket, et le Grand Chelem qu’elle dispute à domicile, l’Open d’Australie, s’est déroulé jusqu’en 1988 sur gazon.