Une année après son arrivée en Angleterre, Granit Xhaka est en train de devenir l’une des pièces maîtresses d’Arsenal. Son entraîneur, Arsène Wenger, a toujours été convaincu de son potentiel. Réputé pour sa frilosité sur le marché des transferts, le technicien des Gunners n’avait pas hésité à débourser 45 millions de francs pour l’arracher au Borussia Mönchengladbach l’été dernier. «Dans une équipe comme la nôtre, il est important d’avoir quelqu’un comme lui», avait-il déclaré.

Le Français en a fait un titulaire indétrônable, le plaçant qui plus est dans sa position favorite, en meneur de jeu reculé, même lorsque Xhaka était au centre des critiques la saison dernière. L’ancien joueur du FC Bâle faisait davantage parler de lui pour ses cartons rouges à répétition (trois entre Arsenal et la sélection suisse) et ses performances en dents de scie.

Influence décuplée

Aujourd’hui, le milieu de terrain suisse affiche un tout autre visage. Il profite surtout d’une révolution tactique entamée en fin de saison dernière par Arsène Wenger, mécontent des résultats de son équipe. Dorénavant, les Londoniens évoluent en 3-4-3. Si la position de Xhaka ne change pas, son influence, en revanche, est nettement plus importante. Il était perçu comme un joueur «box-to-box», capable de se projeter d’une surface de réparation à l’autre. Dans cette nouvelle disposition, il devient désormais créateur. Il brise les lignes par ses passes, non plus par ses courses, à la manière d’un quarterback en football américain.

Granit Xhaka n’est pas un dribbleur et se montre particulièrement fébrile face au pressing adverse. Ce système lui offre la multitude de solutions dont il a besoin lorsqu’il a le ballon. Avec trois défenseurs placés derrière lui, ajoutés au milieu de terrain à ses côtés et aux joueurs de couloir, ce choix tactique présente aussi l’avantage de prévenir ses errements défensifs et d’offrir un meilleur équilibre à l’équipe. L’international suisse dispose ainsi des conditions idéales pour exprimer ses qualités.

Homme du match

Les premiers résultats n’ont pas tardé. Lors du Community Shield, remporté dimanche dernier par Arsenal face à Chelsea aux tirs aux buts, le numéro 29 a brillé pour son premier match de la saison. Auteur de la passe décisive sur le but de Sead Kolasinac, il était impliqué dans la plupart des actions dangereuses de son équipe. Sa performance lui a valu le titre de «man of the match» et les superlatifs de la presse anglaise, qui l’a vu «impressionnant», «dominateur» ou «brillant». Difficile d’imaginer des débuts plus probants.

Ce vendredi, le Suisse aura la possibilité de confirmer son renouveau à l’occasion de la reprise du championnat anglais, face à Leicester.