Messieurs

Descente. Le globe semble promis à Michael Walchhoffer, vainqueur de trois épreuves d'affilée, à Wengen et Garmisch (deux courses, l'une en remplacement de Kitzbühel). Pour que le titre échappe à l'Autrichien, il faut que Bode Miller s'impose aujourd'hui et que lui-même sorte ou termine au-delà de la quinzième place. Depuis sa chute la semaine dernière à Kvitfjell, Walchhoffer souffre toutefois d'un étirement du ligament au genou gauche et skiera sous infiltration.

Super-G. Hermann Maier, qui ne croit plus en ses chances au général, dit que ce sera son lot de consolation. Son deuxième succès de la saison, la semaine dernière à Kvitfjell, lui a permis de passer devant Bode Miller et de s'accrocher à l'idée d'une victoire probable. Pour l'en priver, l'Américain, champion du monde de la discipline, doit s'imposer. Et espérer que le maçon de Flachau termine au-delà de la quatrième place.

Géant. C'est le titre le plus incertain, auquel peuvent aisément prétendre les cinq premiers du classement, Raich, Grandi, Miller, Blardone et Maier.

Slalom. Le globe est d'ores et déjà entre les mains de Benjamin Raich.

Dames

Descente. Renate Goetschl va devoir batailler ferme si elle veut garder son titre. Sa rivale allemande Hilde Gerg la talonne avec seulement 32 points de retard au classement. Même sa compatriote Michaela Dorfmeister a encore ses chances.

Super-G. Les écarts sont encore plus minces et les rôles sont inversés. C'est Renate Goetschl qui peut menacer le fragile leadership de Michaela Dorfmeister. Et l'Américaine Lindsay Kildow, en embuscade, peut très bien venir gâcher la fête autrichienne. Mais elle ne s'est jamais imposée cette saison dans cette discipline.

Géant. Anja Paerson, encore elle, pointe en tête. Mais sa compagne laponne Tanja Poutiainen peut y croire aussi, tant son retard (29 pts) est infime. Ce sera plus difficile en revanche pour la Slovène Tina Mazé, révélation cette année avec trois victoires.

Slalom. Comme pour les messieurs, il n'y a plus d'enjeu. Le globe est déjà au chaud, chez la Finlandaise Tanja Poutiainen.