Dès dimanche et pour une semaine, les spécialistes du snowboard se retrouveront à Kreischberg, en Autriche, pour y disputer les Championnats du monde. Quelque 360 skieurs, dont une importante équipe de Suisse (28), viseront neuf titres. Par rapport aux derniers Mondiaux, tenus il y a deux ans à Madonna di Campiglio, ces Championnats du monde seront les premiers organisés après l'unification du circuit sous la bannière de la Fédération internationale (FIS). Au total, 39 nations seront représentées à Kreischberg.

Une chose est sûre, c'est bien l'élite mondiale qui luttera dans les disciplines alpines, avec notamment les champions olympiques de Salt Lake City, le Suisse Philipp Schoch et la Française Isabelle Blanc. En halfpipe en revanche, les meilleurs Américains et Scandinaves seront absents, tout comme le Suisse Gian Simmen, l'Italien Giacomo Kratter ou encore le Finlandais Heikki Sorsa, qui ont donné une autre orientation à leur carrière depuis la disparition du circuit ISF.

Ambitions légitimes

La Suisse s'alignera en Autriche avec des ambitions légitimes, dans les disciplines alpines pour le moins. Depuis plusieurs années, les spécialistes helvétiques figurent tout en haut de l'affiche. Si l'on se base sur les classements mondiaux actuels, les messieurs, notamment, figurent tous dans le Top 15, sauf André Grütter. Ainsi, Philipp Schoch, le surprenant champion olympique de géant parallèle, pointe-t-il au deuxième rang mondial, derrière le Français Mathieu Bozzetto. Quant à Gilles Jaquet, il est tenant du titre dans la discipline et tous deux ont également des prétentions en slalom parallèle.

Chez les dames, la situation ne se présente pas moins favorablement pour les Suissesses. La doyenne de l'équipe, Ursula Bruhin (33 ans), s'alignera à Kreischberg en tant que tenante du titre et première du classement actuel de la Coupe du monde. Championne du monde junior, Daniela Meuli aura elle aussi des ambitions.

En halfpipe, l'incertitude qui entoure la participation rend le pronostic plus difficile. La formation helvétique n'est pourtant pas dénuée d'arguments. Vainqueur à Laax en début de saison, Therry Brunner portera l'essentiel des chances dans le camp masculin. Chez les dames, Fabienne Reuteler, médaillée de bronze à Salt Lake City, tout comme Manuela Pesko, actuellement en tête de la Coupe du monde, peuvent toutes deux briller. Avec un bémol pour la première, qui a été victime d'une lourde chute et d'une commotion cérébrale à l'entraînement il y a trois semaines.