Il faut remonter la pente alors Suisse et Autriche sont assises côte à côte dans un télésiège, prêtant chacune flanc à la critique, les jambes ballantes au-dessus du vide, ressentant tout le poids du ski dans leur équilibre. Lorsque tout ira mieux, qu’on pourra relever les gestes barrières tel un garde-corps, ces deux-là s’élanceront d’un même élan droit dans la pente, en position de recherche de vitesse, un œil sur sa rivale. Il en a toujours été ainsi depuis que les deux pays se disputent le titre de meilleure nation de ski alpin.

Lire aussi: En ski, la Coupe du monde se coupe du monde