Depuis 1931, jamais une nation n'a réalisé un triplé en slalom lors des championnats du monde de ski alpin. Chez les hommes en tout cas, puisque chez les dames, l'Allemagne de l'Ouest avait réalisé pareil exploit à Chamonix, en 1937 (Christl Cranz, Nina Arx-Zogg et Käthe Grasegger). Les statistiques n'évolueront pas en tout cas jusqu'en 2003 à Saint-Moritz, puisque samedi, l'équipe masculine d'Autriche n'a pas réussi à placer trois de ses hommes sur le podium.

On aurait pourtant pu penser que ce serait le cas au terme du tracé initial, Benjamin Raich, Mario Matt et Heinz Schilchegger figurant en effet en tête de la compétition, alors que Rainer Schoenfelder, un autre membre de la «Wundermannschaft», se tenait en embuscade au cinquième rang, juste séparé de ses camarades d'équipe par le Norvégien Kjetil Andre Aamodt. Mais au prix d'une superbe deuxième manche, le Slovène Mitja Kunc est venu déjouer tous les pronostiques en s'adjugeant la troisième place. Aamodt et Schilchegger largués, le duel entre Benjamin Raich et Mario Matt promettait ainsi d'être somptueux. Il le fut. Mais, pour avoir commis une grosse faute sur le haut du tracé, Raich se voyait contraint de céder la médaille d'or à son compatriote, citoyen de Sankt Anton. Il s'agit là du premier titre majeur de Mario Matt, 21 ans seulement, qui ne compte, à ce jour, que deux victoires en Coupe du monde, toutes deux obtenues en slalom au cours de l'hiver dernier.

Aucun des quatre Helvètes engagés dans la compétition n'y a brillé. Didier Plaschy et Heinz Imboden ont été éliminés en première manche alors qu'ils avaient déjà concédé passablement de retard à leurs principaux adversaires. Quant à Michael von Grünigen et Marco Casanova, ils terminent respectivement 22e et 24e.