La Japonaise Naomi Osaka, numéro 2 mondiale et grande favorite du tournoi de tennis des Jeux olympiques de Tokyo, a été éliminée mardi dès les 8e de finale par la Tchèque Marketa Vondrousova (42e), 6-1, 6-4 en à peine plus d'une heure.

Après l'élimination de la No1 mondiale, l'Australienne Ashleigh Barty dimanche, c'est une autre prétendante au titre olympique qui sort prématurément. L'Ukrainienne Elina Svitolina (6e) est désormais la joueuse la mieux classée encore en lice.

La semaine passée: L'Empereur déclare les JO ouverts et Naomi Osaka allume la vasque

Après deux mois d'absence

Naomi Osaka, choisie pour allumer la vasque olympique lors de la cérémonie d'ouverture, faisait à Tokyo son retour à la compétition après deux mois d'absence pour cause de détresse psychologique.

Véritable star au Japon, elle était très attendue dans son pays natal. Mais malgré ses quatre titres en Grand Chelem (US Open 2018 et 2020, Open d'Australie 2019 et 2021), la joueuse de 23 ans est apparue fragile ces derniers mois. Elle s'est retirée de Roland-Garros fin mai après avoir refusé d'apparaître devant la presse pour «préserver sa santé mentale», avant de déclarer forfait pour Wimbledon.

A ce sujet: Au Japon, les soutiens de fans ou de célébrités en faveur de Naomi Osaka se multiplient

Beaucoup d'erreurs

Mardi, trop inconstante au service (64% de premières balles) et commettant trop d'erreurs (32 fautes directes), la Japonaise a semblé totalement dépassée face à la finaliste de Roland-Garros 2019 sous le toit de l'Ariake Tennis Park, refermé pour la première fois du tournoi en raison d'une météo perturbée par la tempête tropicale ayant touché Tokyo.

Après la perte du premier set en seulement 24 minutes, Naomi Osaka n'a pas réussi à revenir dans la 2e manche, malgré un break réalisé d'entrée, avantage rapidement perdu sur une double faute. Marketa Vondrousova s'est imposé sur sa 3e balle de match, après seulement 1h08 de jeu.

La Tchèque rencontrera en quart-de-finale la gagnante de la rencontre entre l'Espagnole Paula Badosa et l'Argentine Nadia Podoroska.

Lire aussi: Sur le court, l’ennemi est à l’intérieur