Le 4 mai dernier, l’équipe de Suisse féminine de curling s’est inclinée 8-3 contre la Suède aux Championnats du monde de Calgary (Canada). Il n’y avait là rien de honteux, face à la meilleure formation du moment. Et puis cette défaite, concédée au milieu du premier tour, allait être la seule de la skip Silvana Tirinzoni et de ses coéquipières. Ce dimanche, elles ont battu la Russie en finale, 4-2, pour décrocher le titre.

Il s’agit du huitième de l’histoire des curleuses rouge à croix blanche, mais surtout du sixième conquis lors des neuf dernières éditions de la compétition, qui se déroule chaque année, et du deuxième consécutif pour le CC Aarau après celui de 2019 – les Mondiaux avaient été annulés en 2020.

Lire aussi: De Nagano à Pyeongchang, vingt ans de curling en Suisse

Silvana Tirinzoni, Melanie Barbezat, Esther Neuenschwander et Alina Pätz ont tout balayé sur leur passage. Dès leur tout premier match, elles infligeaient un violent 10-2 aux Sud-Coréennes pourtant numéros 2 mondiales. Deux rencontres plus tard, elles battaient le Canada et son incomparable culture de la discipline (8-5). Au passage, elles réussissaient un très rare end parfait en plaçant leurs huit pierres dans la maison danoise pour s’imposer 13-4 et faire le buzz sur les réseaux sociaux.

En attendant les Jeux

La Suisse a terminé le round robin en première position, avec onze victoires en douze parties, filant directement en demi-finale où elle n’a fait qu’une bouchée des Etats-Unis (7-3). La finale contre la Russie fut plus disputée, moins prolifique, mais elle a su s’en sortir à bon compte. «Cela n’aurait pas pu mieux se passer, a déclaré Silvana Tirinzoni après la victoire. C’est indescriptible de remporter le titre deux fois de suite. On se réjouit de rentrer et de ramener le trophée!»

Dans moins d’une année viendra le temps des Jeux olympiques 2022. Un grand événement qui, jusqu’ici, a moins réussi aux curleuses suisses, médaillées d’argent en 2002 et 2006 mais jamais d’or. Attention: elles y retrouveront des Russes animées d’un esprit de revanche. «Nous sommes heureuses de cette deuxième place aux Mondiaux, a lancé la skip Alina Kovaleva après la défaite des siennes ce dimanche. Mais l’année prochaine, nous jouerons pour le titre.»