Sur 15 km, Dario Cologna touche le fond

Mondiaux Le favori suisse se classe 18e

Etonnant final aux Mondiaux de ski nordique à Falun, où les deux stars du fond, le Norvégien Peter Northug et le Suisse Dario Cologna, ont achevé l’épreuve du 15 km sur un rythme de randonneurs du dimanche. Partis dans les derniers (dossard 65 pour Northug, 71 pour Cologna), les favoris ont été piégés par une neige molle et douce qui a dégradé la piste au fil des concurrents. Dario Cologna termine 18e à plus de 96 secondes, et deuxième Suisse, derrière Toni Livers (15e). Northug, lui, se classe 62e. Le vainqueur, le Suédois Johan Olsson, n’est pas le lauréat d’un concours de circonstances. Champion du monde sur 50 km en 2013, il a hérité hier d’un petit dossard (le 17) en raison de plusieurs absences pour maladie durant la saison. Le Français Maurice Manificat prend l’argent à 17 secondes et le Norvégien Anders Gloeersen le bronze à 19 secondes d’Olsson.

Critiques contre la FIS

«Une fois encore, il faut féliciter la FIS pour sa bonne gestion de l’événement», a ironisé un Cologna un brin acide dans l’aire d’arrivée. Il faut lui reconnaître qu’il a émis des doutes sur l’équité de la course déjà avant le départ. «Si le temps est doux, il faut changer l’ordre des départs!» pestait-il. Comptant plus de dix secondes de retard avant même les deux kilomètres de course, «Super Dario» a rapidement géré son effort afin de ménager ses forces en vue du relais vendredi et du 50 km dimanche. «Je n’avais pas les jambes pour une médaille», a-t-il encore admis. Ce n’était pas le cas du Français Maurice Manificat, également parti avec un dossard élevé mais qui a su s’arracher pour offrir à la France sa première médaille (l’argent) depuis dix ans.

La déroute de Cologna est une déception mais pas forcément une surprise. A Östersund, lors de la dernière course de Coupe du monde avant les Mondiaux, le Suisse n’avait pris qu’un modeste 13e rang. Aux Mondiaux 2011 à Oslo et 2013 à Val di Fiemme, il avait déjà terminé loin du podium sur la distance. Il faut aussi se souvenir que sa préparation a été perturbée par une opération du pied en mars dernier et un sévère refroidissement cet automne. Il espère désormais briller sur le 50 km, une épreuve qui l’a toujours fait rêver.