Tout est arrivé par hasard. Agathe de Tourris, une Marseillaise sensibilisée à la question de la défense de l’environnement, n’arrivait pas à trouver dans les boutiques de matériel de sport éthique des ballons de football écoresponsables. Fini le temps où les clubs prenaient soin de leurs ballons en cuir, réparaient valves et vessies pour les faire durer. Aujourd’hui, on ne les entretient plus, on les jette et on en rachète.