En écho à sa devise (Més que un club, «Plus qu’un club»), le FC Barcelone a rappelé au cours de ces derniers mois qu’il n’était pas une institution comme les autres, avec ses intrigues de palais où se déchirent joueurs, dirigeants, entraîneurs, agents, journalistes et autres personnages influents.

Le conflit larvé entre le vestiaire et la direction a atteint un point de non-retour cet été lorsque Lionel Messi a annoncé le 25 août son intention de partir, avant d’attaquer publiquement le président Josep Maria Bartomeu. «Il n’y a plus de projet depuis longtemps. Chaque année, ils [les dirigeants] font du bricolage et bouchent les trous au fur et à mesure», a lâché l’Argentin, qui parle peu mais rarement pour ne rien dire.