«Chaque première aux Drus est un jalon de la conquête des sommets.» Cette phrase écrite par Gaston Rébuffat, guide de légende, auteur du livre Le massif du mont Blanc. Les 100 plus belles courses, permet de se rendre compte de la portée de l’expédition menée entre le 18 et le 22 février dernier sur la face ouest du Petit Dru (3733 mètres).

Pendant cinq jours, quatre membres du Groupe militaire de haute montagne (GMHM), Léo Billon, Seb Ratel, Jordi Noguere et Thomas Auvaro, ont parcouru une ligne supposément nouvelle sur la face de granite qui surplombe Les Praz-de-Chamonix. Ils avaient, grâce à une étude préalable de la face aux jumelles et à la vidéo d’un de leurs collègues, qui avait sauté du sommet en base-jump, prévu les bivouacs. Mais aucun homme de cette troupe de militaires d’élite engagés par l’armée de terre française pour promouvoir un alpinisme de haut niveau n’avait d’idée quant à la qualité et la difficulté des longueurs rencontrées.