La fusion de la SuproLigue et de l'Euroligue, les deux compétitions rivales du basketball européen, est pratiquement réalisée après un accord de principe conclu à Barcelone entre les parties prenantes.

Le projet entre l'Union des Ligues européennes (ULEB) organisatrice de l'Euroligue, l'épreuve dissidente, et la Fédération internationale de basket (FIBA), responsable de la SuproLigue, était devenu une nécessité. Après la scission du début de saison, née d'un différend financier, ni l'un ni l'autre n'a pu asseoir son épreuve sur la durée. Le public et les télévisions n'ont pas suivi.

Le 30 mars, la session de la conférence d'Europe pourrait entériner la réunification des deux compétitions en une, qui comprendrait 32 clubs: 8 de la SuproLigue, 12 de l'Euroligue et 12 des championnats nationaux.

LT/AFP