Revue de presse

Beaucoup de courage face à l’armada galactique

Au Letzigrund, les Zurichois sont tombés (5:2) comme des braves sous les coups des ogres du Real. Non sans avoir espéré un miracle, qui n’a finalement pas eu lieu

«Zurich a caressé l’espoir d’un joli coup», titre la Tribune de Genève, selon laquelle les joueurs «n’avaient visiblement pas les armes – l’addition des qualités individuelles – pour tenir leur programme». Jugement sévère pour le quotidien genevois: «Aussitôt le premier but inscrit – coup franc de Cristiano Ronaldo pourtant loin d’être inarrêtable – le ballon est le plus souvent resté dans les pieds madrilènes. De longues séquences de conservation qui ont très vite éteint le match.» Et les Galactiques ont «démonté» Zurich, écrit le Spiegel.

Ton moins dur dans 20 Minutes: «Le champion de Suisse a longtemps inquiété le Real Madrid. Nul doute que […] Bernard Challandes regrettera les vingt dernières minutes de la première période, où, trahie par la fébrilité d’une défense catastrophique, son équipe a encaissé trois buts. Rédhibitoire face aux Galactiques de Madrid.» De quoi faire le désespoir du coach, très déçu à l’issue du match: «On prend deux goals magnifiques sur deux coups francs inexistants. Il faut arrêter de protéger les joueurs comme Ronaldo. Ils sont déjà assez forts comme ça!» a regretté le Neuchâtelois», aussi cité par le quotidien spécialisé espagnol As: «El árbitro protegió mucho a Cristiano». On peut revoir ces buts sur Clash Foot.

Le Matin, quant à lui, a choisi le jeu de mots à deux francs: «Dure real… ité pour Zurich». Autrement dit: «Nach dem Traum die Wirklichkeit» («la réalité après le rêve»), titre la Neue Zürcher Zeitung. Mais les «p’tits Suisses [n’étaient] pas si loin des stars». «Et si Zurich était passé à côté d’un énorme truc? se demande le journal lausannois. Dépassé en deuxième moitié de première mi-temps, le champion de Suisse, bien aidé par son adversaire galactique qui a totalement relâché son effort après le thé, a pu y croire jusqu’au bout» en insufflant «le doute dans les esprits madrilènes». «En inquiétant» cette équipe «partagée entre l’opulence et l’anxiété», précise El Periódico de Catalunya.

«Mission accomplie et de quelle manière!, juge pour sa part le site Sports.fr. La pauvre défense zurichoise ne constituait évidemment pas le coffre-fort susceptible de tenir en respect une telle armada, mais la performance de l’avant-garde du Real a séduit.» Et cette équipe «a confirmé qu’il faudrait compter avec ses fulgurances et ses absences cette saison, selon L’Equipe: […] «Nous n’avions pas à souffrir autant. On aurait dû mieux gérer notre avantage», a regretté Higuain, l’auteur du troisième but.» Quoique demeure, avec Ronaldo en tête, ce qu’El País appelle «une démonstration de force» d’un «Madrid dévastateur». Pour l’archistar portugaise, qui se dit évidemment «heureux du résultat» dans le quotidien sportif espagnol Marca, «l’équipe a bien travaillé».

Zurich n’a pas à rougir de cette défaite, affirme de son côté Le Nouvelliste: «Bien sûr que non. Ce serait oublier qu’il avait en face de lui, hier soir, ce qui se fait de mieux, ou pas loin, au niveau européen.» Les joueurs ont «flirté avec l’exploit» en bousculant «durant quelques minutes un très grand». Le blog de la Nati prévoyait d’ailleurs un «choc des extrêmes». Et La Gazzetta dello sport de constater que «les étoiles n’étaient pas avec Zurich», où l’on a assisté à un «déluge de buts». «Un festival», indique la Südostschweiz. Oui, «des goals et du spectacle» il y a eu, résume le Corriere del Ticino. Mais «le Real Madrid est habitué à la grande scène du football, ce que le Letzigrund et le FC Zurich ne sont manifestement pas en mesure d’offrir», analyse enfin le Tages-Anzeiger.

Publicité