A Melbourne, le soleil est revenu, après des pluies diluviennes qui ont sans doute soulagé les pompiers australiens en guerre contre les incendies dans le sud-est du pays, mais perturbé la première journée de l’Open d’Australie. Programmés tôt dans une journée extrêmement chargée (96 matchs, 6 en moyenne pour les 16 courts de Melbourne Park), Belinda Bencic et Stan Wawrinka n’ont pas manqué leur entrée en lice, même si tout ne fut pas parfait.

Quelques frayeurs pour Belinda Bencic

Sur la Margaret Court Arena, Belinda Bencic s’est fait quelques frayeurs face à la Slovaque Anna Karolina Schmiedlova, une joueuse qui vaut mieux que son 203e rang actuel à la WTA. Son puissant jeu de fond de court, même s’il manque de fiabilité, a souvent gêné la Saint-Galloise, notamment sur ses seconds services. Belinda Bencic mena rapidement 4-0 mais dut écarter une balle de 4-4 avant d’empocher la première manche.

Dans la seconde, c’est elle qui compensa un mauvais départ. Elle sauva cinq balles de 4-0, revint à 3-3, sauva deux balles de break à 5-5 et 15-40, avant de finalement conclure. «Ce n’était pas facile, face à une adversaire de valeur. Les premiers tours sont toujours particuliers. Je suis contente de m’en être bien sortie», souligna la Suissesse, qui affrontera au deuxième tour la lauréate 2017 de Roland-Garros, la Lettone Alona Ostapenko.

Lundi: Open sous le crachin, Federer au parfum

Wawrinka bon pour le service

Au contraire de Belinda Bencic, Stan Wawrinka n’a jamais été breaké par son adversaire, le coriace Damir Dzumhur. C’est même grâce à son service (21 aces, 81% de points gagnés sur sa première balle) que le Vaudois a pu traverser sans trop de frayeurs (seulement deux balles de break écartées) ce premier match piège. «Je suis vraiment content de mon match aujourd’hui, assura-t-il au micro de la Melbourne Arena, le troisième court du site en importance. J’ai bien joué et je suis en forme. J’espère aller loin cette année.»

Stan Wawrinka aurait pu s’épargner un quatrième set. Dans le deuxième, à 4-3 et 15-40 sur le service de Dzumhur, il força son jeu et enchaîna six fautes directes. Contraint au tie-break, il y commit quatre fautes directes, dont trois en revers. Il sut néanmoins rapidement se remettre de cette frustration passagère pour contrôler les deux dernières manches.