Bernie Ecclestone s’est déclaré confiant dans la tenue du premier Grand Prix de la saison à Bahreïn le 13 mars. Le grand argentier de la F1 y croit, malgré les troubles qui agitent le petit royaume du Golfe. «Je me suis entretenu avec nos représentants sur place (...). Ils disent que tout est calme, qu’il n’y a pas de gros problèmes. Je suis plus confiant que je ne l’étais hier (jeudi)», a dit à la BBC Ecclestone, qui parlait la veille d’une possible annulation, à la suite de la violente répression par les autorités de manifestations contre la famille régnante.

Bernie Ecclestone s’est exprimé avant que de nouveaux coups de feu n’éclatent en début de soirée à Manama, dans le quartier de la place de la Perle, où quatre manifestants ont été tués et 231 autres blessés jeudi lors d’une intervention de la police. Les affrontements entre les manifestants qui réclament des changements politiques et la police ont entraîné jeudi l’annulation des essais des courses GP2 prévues sur le circuit de Bahreïn.