Football américain

La «Big House» de Michigan ne désemplit pas

Depuis 1975, l’équipe universitaire des Wolverines de Michigan a joué 293 matchs consécutifs à domicile devant plus de 100 000 spectateurs. Dans le Midwest, le football américain est une religion

L’équipe de football américain de l’Université du Michigan a perdu samedi 30 novembre contre sa rivale d’Ohio State, 56-27, pour le compte de la saison régulière NCAA. Pour les non-initiés, une statistique est à retenir particulièrement: 112 701 spectateurs ont assisté à la rencontre, la plupart vêtus de jaune et bleu, les couleurs des Wolverines. Inimaginable dans la conception européenne du sport et de l’université, cette affluence est très ordinaire à Ann Arbor. Il s’agissait ce 30 novembre du 293e match consécutif au Michigan Stadium joué devant plus de 100 000 personnes.

La série, en cours, remonte à 1975. Pourtant, Ann Arbor, petite ville située à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Detroit, ne compte au dernier recensement que 121 890 habitants, un peu moins que Lausanne ou Berne. Un tiers environ de ces habitants sont des étudiants vivant sur le campus de l’Université du Michigan. Le stade, érigé en 1927 dans le plus pur style de l’époque – un vaste ovale évasé ouvert aux quatre vents – est le plus grand des Etats-Unis et le deuxième plus grand au monde. A titre de comparaison, le plus grand stade de la National Football League (NFL), le MetLife Stadium à East Rutherford (New Jersey), qui accueille les franchises new-yorkaises des Giants et des Jets, ne compte que 82 500 places.