La légende de Manchester United (MU) et du football anglais, Sir Bobby Charlton, souffre de démence sénile, a révélé The Telegraph, en accord avec l’épouse de l’ancien joueur, aujourd’hui âgé de 83 ans. Norma Charlton espère que la médiatisation de l’état de santé de son mari pourra «aider les autres».

Cette nouvelle attriste doublement l’Angleterre. D'abord parce que Bobby Charlton est une personnalité très aimée, à la fois pour ses exploits inégalés et son attitude toujours modeste. Survivant de l’accident d’avion qui décima l’équipe de Manchester United en 1958 à Munich, il remporta la Coupe du monde en 1966 (avec son frère Jack), le Ballon d'or la même année et la Coupe d’Europe avec MU en 1968.

Trois fois plus de cas

Ce qui émeut également le royaume, c’est que Sir Bobby est le sixième champion du monde à être officiellement atteint de démence. Ray Wilson (décédé en 2018), Martin Peters (2019) et Peter Bonetti (2020) en souffraient également, ainsi que son frère Jack, décédé le 10 juillet dernier, et son ancien coéquipier à Manchester Nobby Stiles, mort le 30 octobre. L’ancien gardien de 1966, le mythique Gordon Banks, n’est pas mort de démence en janvier 2019, mais il était un ambassadeur dévoué de la lutte contre cette maladie «qui a affecté tant de mes anciens coéquipiers.»

Relire aussi: Gordon Banks, arrêt sur image

Une étude britannique commandée par la Fédération anglaise (FA) et menée sur 7676 anciens joueurs professionnels écossais a montré en 2019 que ceux-ci avaient trois fois et demie plus de risques de mourir d’une maladie neurodégénérative (cinq fois plus d’Alzheimer, quatre fois plus pour une maladie du neurone moteur et deux fois plus pour Parkinson) que le reste de la population. L’étude montrait une sous-mortalité des ex-footballeurs jusqu’à 70 ans, mais une surmortalité ensuite. Les raisons invoquées sont les traumatismes répétés à la tête provoqués soit par des coups de coude, des chocs tête contre tête ou simplement l’abus du jeu de tête avec des ballons alors perméables à l’eau.