Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Simona Halep a enfin remporté le tournoi dont elle rêvait depuis toute petite. «Je suis presque contente d'avoir perdue à Melbourne en janvier pour gagner mon premier Grand Chelem ici.»

Tennis

Le bonheur partagé de Simona Halep

La numéro 1 mondiale a vaincu ses peurs et Sloane Stephens (3-6 6-4 6-1). Après trois échecs en finale de Grand Chelem, sa victoire à Roland-Garros fait plaisir à tout le monde

Peut-on perdre quand on a avec soi Virginia Ruzici (vainqueur à Paris en 1978, devenue son agente), Gheorghe Hagi, Nadia Comaneci et le public de Roland-Garros? Non, Simona Halep ne pouvait pas perdre cette finale dames samedi. Pas cette fois. La numéro un mondiale a remporté le premier titre de sa carrière en Grand Chelem et cela semblait même presque faire plaisir à sa rivale Sloane Stephens. L’Américaine, vainqueur surprise du dernier US Open, est peut-être la grande confirmation de ce «French Open». Pendant un peu plus d’un set, elle a été injouable pour son adversaire – sans pour autant surjouer –, comme elle l’avait été aux tours précédents.

Lire aussi: Simona Halep, au quatrième top

Simona Halep, que l’on imaginait friable mentalement après ses trois premières finales perdues (ou peut-être «à cause de» ces trois échecs), a su laisser passer l’orage. Menée 3-6 0-2, la Roumaine a alors remporté 20 des 24 points suivants, démontrant toute sa détermination et sa science du tennis. Sa troisième manche est bien celle d’une numéro un mondiale: 86% de premier service, seulement 5 fautes directes et 100% de balles de break converties (2/2). «Je n’ai jamais pensé que j’étais maudite, a assuré Simona Halep après sa victoire. Avoir été trois fois en finale voulait dire que j’étais toute proche. Il fallait juste que je continue d’y croire. Et c’est ce que j’ai fait, même quand Sloane Stephens jouait si bien.»

Comme Graf et Federer

Preuve que chaque match est différent et qu’il n’y avait pas de malédiction, son entraîneur, l’Australien Darren Cahill, n’avait pas hésité avant la finale à la placer face à ses responsabilités. «Pour les autres finales, il m’avait dit de profiter du moment, a raconté Simona Halep. Cette fois, il m’a juste intimé: «Aujourd’hui, tu y vas et tu prends le match.» C’était une bonne pression, une pression positive. Il m’a fait sentir que j’étais assez forte pour le faire.» Très souvent titré en tant qu’entraîneur d’Andre Agassi ou de Lleyton Hewitt, Cahill a accueilli son premier succès dans le tennis féminin avec beaucoup d’émotion.

Avec Halep, qui conforte sa première place au classement WTA, le tennis féminin peut se réjouir de tenir une excellente ambassadrice. La Roumaine (26 ans) est à la fois une joueuse de grand talent, une jeune femme sympathique et une personnalité attachante. Le public parisien l’a bien compris en l’encourageant comme rarement. Il faut sans doute remonter aux victoires de Roger Federer en 2009 et de Steffi Graf en 1999 (contre Martina Hingis) pour retrouver trace d’un tel parti pris en faveur d’un(e) non-Français(e). Cela classe le personnage.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL