La probabilité pour qu’un tel scénario se réalise devait être infime. Au premier tour de la Coupe du monde 2022, l’équipe de Suisse de football retrouvera deux des trois équipes qu’elle avait affrontées au même stade de l’édition précédente il y a quatre ans en Russie: le Brésil et la Serbie.

Le sentiment de déjà-vu aurait pu être plus intense encore si le groupe G avait été complété par le futur vainqueur du barrage opposant la Nouvelle-Zélande au Costa Rica – le dernier membre du groupe E en 2018 – mais non. Le Cameroun apportera une petite touche d’inédit: la Nati n’a jamais affronté la sélection africaine, contre laquelle elle commencera son tournoi le jeudi 24 novembre.

Les hommes de Murat Yakin enchaîneront avec le Brésil le lundi 28 novembre, puis ils en termineront avec la Serbie le 2 décembre.

Ces deux matchs rappelleront des souvenirs à nombre d’internationaux helvétiques. Contre la Seleção, ils avaient signé une belle entame de tournoi, muselant Neymar et égalisant par Steven Zuber après avoir encaissé l’ouverture du score. Contre la formation des Balkans, ce fut une rencontre explosive, notamment marquée par les fameuses célébrations dites des aigles albanais par Xherdan Shaqiri, Granit Xhaka et… Stephan Lichtsteiner. La Nati s’était finalement imposée 2-1, un résultat qui se révélera décisif pour accéder aux huitièmes de finale, où elle fut éliminée sans gloire par la Suède.

Groupe A très ouvert

Il faut le dire: l’équipe de Suisse, qui figurait dans le chapeau numéro 2, n’a pas été gâtée par les légendes du football impliquées dans le tirage au sort. Le Brésil vient de reprendre son trône en tête du classement FIFA et reste, génération après génération, un adversaire redoutable. Même sans tenir compte du passif extra-sportif, la Serbie était sans doute l’une des équipes les plus dangereuses du chapeau numéro 3. Quant au Cameroun, il s’agit d’une des meilleures formations de son continent. Elle reste sur une élimination en demi-finale de la Coupe d’Afrique des nations, une compétition qu’elle a remportée cinq fois.

«C’est un groupe difficile, a réagi le défenseur Silvan Widmer. Il y a quatre ans, la Suisse s’est qualifiée pour les huitièmes de finale dans un groupe similaire. Je n’étais pas encore là à l’époque, donc ce sera un vrai régal pour moi de jouer contre toutes ces nations. Il y aura trois matchs très intenses. L’objectif reste de sortir du groupe. Avec nos qualités, c’est possible.»

Plusieurs curiosités émaillent le reste du tirage au sort. Dans le groupe B, les Etats-Unis retrouveront l’Iran vingt-quatre ans après le match dit «de la fraternité», à la Coupe du monde 1998, entre deux nations aux relations compliquées. Dans le groupe D, la France retrouvera le Danemark et peut-être bien le Pérou, qui figurait déjà dans son groupe en 2018. Il n’y a pas vraiment de «groupe de la mort», indiscutablement plus relevé que les autres, mais le A sera très clairement le plus ouvert entre le Qatar, les Pays-Bas, le Sénégal et l’Equateur.

Des chiffres vertigineux

Le tirage au sort était guidé par un certain nombre de règles restrictives. Un même groupe ne pouvait pas accueillir deux équipes d’une même confédération, à l’exception de celles de l’UEFA, qui ne pouvaient pas être moins d’une ni plus de deux.

Avant que les petites boules ne dévoilent leur verdict, une cérémonie de 45 minutes s’est tenue dans le fastueux décor du Centre des expositions de Doha. Ce fut l’occasion pour la FIFA de dévoiler la mascotte (un drôle de personnage nommé La’eeb), le ballon («le plus rapide de l’histoire») et l’hymne (une pop song aux accents reggae) de la Coupe du monde. Ce fut aussi l’occasion pour Didier Deschamps, sélectionneur de l’équipe de France, de «rendre» le trophée remporté il y a quatre ans en Russie. Et puis, pour Gianni Infantino, de rappeler sa conviction que cette 22e édition allait être «la meilleure de tous les temps». Les chiffres donnent déjà le vertige: sont attendus quelque 3 millions de spectateurs sur place, et 5 milliards derrière leur poste de télévision.

Les huit groupes

Groupe A: Qatar, Equateur, Sénégal, Pays-Bas

Groupe B: Angleterre, Iran, Etats-Unis, Ecosse/Ukraine/Pays de Galles

Groupe C: Argentine, Arabie saoudite, Mexique, Pologne

Groupe D: France, Pérou/Emirats arabes unis/Australie, Danemark, Tunisie

Groupe E: Espagne, Nouvelle-Zélande/Costa Rica, Allemagne, Japon

Groupe F: Belgique, Canada, Maroc, Croatie

Groupe G: Brésil, Serbie, Suisse, Cameroun

Groupe H: Portugal, Ghana, Uruguay, Corée du Sud