Les skieuses et skieurs suisses réussissent de très bons Championnats du monde du côté de Cortina d'Ampezzo, mais ils n’ont pu défendre une forteresse qu’ils occupaient depuis deux éditions: le combiné alpin féminin. Double tenante du titre, Wendy Holdener a réussi une manche de super-G honnête, sans plus, l’obligeant à prendre tous les risques en slalom pour tenter de maintenir son règne. Cela n’a pas suffi: elle a chuté.

Lire aussi: Le combiné alpin et le charme de l’anachronique

Dans le fauteuil de leader, Mikaela Shiffrin pouvait souffler. Il était désormais clair que personne n’irait chercher l’Américaine, brillante lors des deux manches, qui décroche à 25 ans seulement la sixième médaille d’or mondiale de sa carrière, la première dans cette épreuve à cheval entre disciplines de vitesse et de technique.

Michelle Gisin, l’habituée

Deux femmes seulement sont restées à moins d’une seconde: la Slovaque Petra Vlhova (à 0''86), et l’Obwaldienne Michelle Gisin (à 0''89), qui permet à la Suisse de ne pas terminer bredouille et d’empocher sa sixième médaille dans les Dolomites.

La «bonne copine» de la délégation helvétique n’en est pas à ses premières amours avec le combiné alpin, qui lui a déjà valu l’argent aux Mondiaux de Saint-Moritz (2017) et l’or aux Jeux olympiques de Pyeongchang (2018). Elle a parfaitement assumé son statut de prétendante au podium, livrant une manche de super-G très engagée et un slalom digne de son statut de technicienne.

Première médaille mondiale pour Loïc Meillard

Chez les hommes, Loïc Meillard a à son tour décroché la médaille de bronze, dans une course qui a souri à l'Autrichien Marco Schwarz, devant le Français Alexis Pinturault. Très attendu, le skieur d'Hérémence a réussi un très bon super-G, puis une manche de slalom solide mais entachée d'une faute qui l'a empêché d'empocher un métal plus précieux. A 24 ans, il n'était encore jamais monté sur le podium lors d'un grand rendez-vous.