Football

Bus du Borussia Dortmund: un suspect de la «mouvance islamiste» interpellé

Mardi soir sur la route du stade, le bus des joueurs de Dortmund a été frappé par trois explosions. La motivation «terroriste» se précise, selon le parquet fédéral allemand

La police allemande a interpellé un suspect de la «mouvance islamiste» dans l'enquête sur l'attaque à l'explosif qui a visé mardi l'équipe de football de Dortmund, a annoncé mercredi le parquet fédéral allemand. Ce dernier dit «partir du principe» que l'attaque avait une motivation «terroriste».

Les enquêteurs examinaient cette piste. Selon le journal Süddeutsche Zeitung, les chaînes WDR et NDR ainsi que l’agence DPA, une lettre retrouvée sur les lieux de l’attaque écrite «au nom d’Allah, le clément, le miséricordieux», évoque la participation de l’Allemagne à la coalition contre l’EI ainsi que l’attentat sur un marché de Noël de Berlin en décembre revendiqué par cette organisation djihadiste.

Deux blessés

Trois charges avaient explosé mardi vers 19h15 au passage du bus qui menait l’équipe de Dortmund vers le stade. Le souffle a fait voler en éclats une vitre du véhicule. Le défenseur espagnol Marc Bartra, blessé au poignet, a dû être opéré dans la nuit.

Un policier qui escortait le bus à moto a également été blessé, souffrant d’un traumatisme auditif. La police a précisé que les charges «pourraient avoir été dissimulées dans une haie».

La solidarité des supporteurs

En accord avec les deux équipes, l’UEFA a décidé de faire jouer le match dès ce mercredi, à 18h45. Les supporters des équipes allemande et monégasque ont évacué le stade sans incident. En signe de solidarité, les quelque 3000 supporters de Monaco présents ont scandé plusieurs fois: «Dortmund! Dortmund!» puis chanté une Marseillaise, applaudis par le reste du public. Le club allemand a lancé un hashtag à l’attention des supporters monégasques pour les aider à trouver un logement pour la nuit à Dortmund:#bedforawayfans (lits pour supporters en déplacement).

Mercredi, les mesures de sécurité devaient être encore renforcées en ville et aux abords du stade, bien que le niveau de vigilance soit déjà très élevé depuis les attentats de 2016 dans le pays, notamment celui du marché de Noël au camion-bélier en décembre à Berlin (12 morts, 48 blessés).

Mercredi matin, l’entraîneur de Dortmund Thomas Tuchel avait prévu de regrouper ses joueurs, qui ont pu rentrer chez eux pour la nuit. Malgré le soutien de son inconditionnel public, l’équipe risque toutefois d’avoir du mal à entrer dans ce match.

«On peut s’imaginer comment ils ont dormi», a déclaré mercredi matin le président du Borussia Reinhard Rauball. «C’est évidemment une situation très difficile, que l’équipe n’a encore jamais vécue. Mais nous pensons néanmoins que l’équipe va donner le meilleur d’elle-même.» Il a également réagi sur Twitter: «Je viens d’en appeler à l’équipe dans le vestiaire qu’elle montre à la société que nous ne cédons pas face au terrorisme.»

Sécurité renforcée à Munich

Par ailleurs, le Bayern Munich et le Real Madrid entreront sur la pelouse de l’Allianz Arena pour l’affiche phare de ces quarts de finale mercredi soir. Dans la capitale bavaroise aussi, la sécurité a été considérablement renforcée. Selon Bild, une trentaine de policiers en gilets pare-balles ont été positionnés autour de l’hôtel des joueurs madrilènes. Les bus des deux équipes ont été garés en lieu sûr.

Cette rencontre, si elle se déroule sans encombre, constitue une finale avant la lettre de cette Ligue des champions, entre deux des clubs les plus titrés d’Europe. 

Publicité