C’était un temps où les albums Panini n’accordaient aux équipes africaines qu’une page, la FIFA que deux places et les pronostiqueurs qu’un rôle de faire-valoir. C’était aussi un temps où chacun jouait chez soi et où la Coupe du monde donnait enfin à voir des joueurs dont on avait parfois entendu parler. En 1982, l’équipe d’Algérie fit sensation en battant la RFA mais avec le recul, le choc causé par l’apparition du Cameroun fut plus profond et durable.