Le Canada s’est brillamment qualifié pour les demi-finales des Jeux olympiques en écrasant la Russie 7-3 dans un remake des deux dernières finales des championnats du monde de Québec et de Berne. Grâce à une puissance physique de tous les instants, l’équipe de Mike Babcock a asphyxié les Russes et a ainsi effacé les doutes relatifs à son début de compétition très poussif.

Il paraît bien loin le temps où le Canada devait attendre les tirs aux buts pour venir difficilement à bout de l’équipe de Suisse. Aujourd’hui, l’équipe à la feuille d’érable semble avoir appris de ses erreurs et c’est la Russie qui en a fait les frais. «Chacun à confiance en son voisin et notre plan de match était bon, lâche Scott Niedermayer. Ce genre de choses sont capitales dans des matches de cette importance.» Luongo dominant

Après une période seulement, les Canadiens menaient déjà 4-1 et le portier Evgeni Nabokov était mitraillé de toutes parts par l’armada offensive adverse. Au total, les joueurs locaux ont tiré 21 fois au but lors de ce tiers-temps initial. Grâce à une pression physique totale, les Nord-américains n’ont pas laissé un centimètre carré à leurs adversaires. «Nous avons vraiment pris ce match par le bon bout», confirme Roberto Luongo, auteur d’un bon match dans «sa» patinoire. Le portier des Canucks de Vancouver semble donc assuré de garder son poste jusqu’au terme de la compétition.

Par la suite, et malgré le changement de gardien, cela ne s’est pas amélioré pour les Russes qui ont sombré tant en plus face aux assauts continus des attaquants adverses. «Ils attaquaient sans cesse, s’étonnait Evgeny Nabokov. Je ne suis pas vraiment surpris par leur jeu physique, mais par leur envie de jouer. Ils ont fait un sacré match ce soir!» L’échec de Bykov

Après deux périodes, le score était de 7-3 et la formation de Slava Bykov n’avait pas encore eu voie au chapitre. «Ne nous jugez pas sur un seul match, clamait pour sa part Alexander Ovechkin. Nous sommes bien meilleurs que ce que nous avons montré ce soir. Je reste convaincu que le Canada et la Russie sont au même niveau. Lors de ce quart de finale, ils étaient simplement plus concentrés sur le match.»

Au terme d’une ultime période sans le moindre rebondissement, les Russes ont été revoyés à la maison par cette équipe du Canada qui affrontera le vainqueur de Suède-Slovaquie en demi-finale. Slava Bykov, le coach fribourgeois des Russes, a ainsi vécu son premier échec à la tête de la «Sbornaja» après deux titres de champion du monde (2008 et 2009) et une médaille de bronze (2007).