Cancellara s’est imposé de nouveau en solitaire sur le vélodrome nordiste, quatre ans après sa première victoire.

Le Suisse, qui a écoeuré ses adversaires par son écrasante supériorité physique, est passé à l’attaque à 49 kilomètres de l’arrivée de cette 108e édition.

Au bout de 259 kilomètres, le champion du monde du contre-la-montre a repoussé à quelque deux minutes le Norvégien Thor Hushovd qui a devancé au sprint l’Espagnol Juan Antonio Flecha.

Dans cette édition contrariée par un vent de face, soufflant souvent avec force, les derniers rescapés (Wynants, Hunt, Hansen, Sutton) d’une échappée lancée après 44 kilomètres ont été rejoints 152 kilomètres plus loin.

Cancellara, le seul de son équipe dans le groupe de tête d’une vingtaine de coureurs, et Boonen se sont marqués de près. Le Belge a accéléré à plusieurs reprises mais il a été surpris par l’offensive de son adversaires qui s’est dégagé irrésistiblement après Bersée, avant l’entrée sur le difficile secteur pavé de Mons-en-Pévèle.

Agé de 29 ans, le Bernois, surnommé Spartacus, a donné à la Suisse sa troisième victoire dans Paris-Roubaix, 87 ans après le succès de Henri Suter.

Derrière lui, Flecha et Hushovd se sont dégagés sur le secteur du carrefour de l’Arbre pour se disputer la deuxième place, finalement revenue au Norvégien.

Troisième l’année passée, Hushovd a obtenu son meilleur résultat cette fois à Roubaix alors que Flecha s’est assuré une place sur le podium pour la troisième fois de sa carrière (2e en 2007, 3e en 2005).

Boonen, qui visait à égaler le record des (quatre) victoires de son compatriote Roger De Vlaeminck, a pris la cinquième place.