Football

C’est le trio Etats-Unis, Canada et Mexique qui organisera le Mondial 2026

Par 134 voix contre 65, les trois pays nord-américains ont été désignés pour organiser le Championnat du monde de football en 2026, la première à 48 équipes – un record. Au détriment du Maroc

Le trio Etats-Unis/Canada/Mexique a été désigné par les fédérations membres de la FIFA, avec 134 voix, contre 65 pour son concurrent le Maroc. Les trois pays accueilleront donc la Coupe du monde 2026, à l’issue du congrès organisé à Moscou à la veille de l’ouverture du Mondial 2018.

Le ticket nord-américain, qui avait promis durant sa campagne d’organiser «la Coupe du monde la plus lucrative de l’histoire», sera chargé d’accueillir la première Coupe du monde à 48 équipes. Pour le Maroc, il s’agit de son cinquième échec, après les revers de 1994, 1998, 2006 et 2010.

Lire aussi: Les grands travaux électoraux de Gianni Infantino

Le président des Etats-Unis Donald Trump a salué mercredi l’attribution du Mondial-2026 de football au trio nord-américain Etats-Unis-Mexique-Canada. «Les Etats-Unis, avec le Mexique et le Canada, viennent d’avoir la Coupe du monde. Félicitations – On a beaucoup travaillé pour ça», a-t-il dit sur Twitter.

Le président américain avait pris très fermement position en faveur de la candidature nord-américaine, allant même jusqu’à menacer les pays qui ne l’appuieraient pas. «Cela serait dommage que les pays que nous soutenons en toutes circonstances fassent campagne contre la candidature américaine. Pourquoi soutiendrions-nous ces pays quand ils ne nous soutiennent pas (y compris à l’ONU)», avait-il tempêté en avril.

Contexte tendu au sein du trio organisateur

Paradoxalement, cette victoire du trio nord-américain au détriment de la candidature du Maroc intervient à un moment de grande tension politique entre ses membres. Les Etats-Unis et le Canada traversent une crise sans précédent dans leurs relations après un sommet du G7 calamiteux le week-end dernier à La Malbaie, au Québec.

Donald Trump s’en est pris très violemment au premier ministre canadien Justin Trudeau qu’il a qualifié de «malhonnête et faible» alors que les désaccords sur le commerce plombent la relation entre les deux pays.

Le président américain s’en prend également régulièrement au Mexique sur le commerce et sur l’immigration.

Publicité