Wimbledon, considéré comme le plus grand tournoi du monde, pourrait devenir cet été la plus prestigieuse exhibition de tennis: l’ATP et la WTA, qui gèrent les circuits masculin et féminin, ont décidé vendredi de ne distribuer aucun point aux participants du tournoi sur herbe s’il maintient sa décision d’exclure Russes et Biélorusses en raison de la guerre en Ukraine.

Lire aussi: Les sanctions contre les joueurs russes sont «à la fois compréhensibles et injustes», estime Daniil Medvedev

«Si rien ne change, c’est avec un immense regret et à contrecœur que nous ne voyons pas d’autre possibilité que de retirer les points ATP à Wimbledon pour l’édition 2022», a annoncé l’ATP (tennis masculin) dans un communiqué. Une position imitée quelques minutes plus tard par la WTA (tennis féminin). En revanche, l’ATP a décidé de maintenir les points aux tournois ATP 500 du Queen’s et ATP 250 d’Eastbourne ainsi qu’aux Challengers (2e division) en Grande-Bretagne cet été car «les joueurs russes et biélorusses ont la possibilité de participer à d’autres tournois aux mêmes semaines, contrairement à Wimbledon, ce qui minimise l’impact sur l’intégrité des classements.»

Une question d’équité

La Fédération internationale (ITF) a également annoncé retirer à Wimbledon les points pour les tournois juniors et de tennis fauteuil programmés dans le sud de Londres. «La position de l’ITF demeure que les joueurs russes et biélorusses doivent être autorisés à participer en tant qu’athlètes neutres», explique la Fédération qui a par ailleurs interdit depuis le 1er mars aux deux pays de participer à toute compétition par équipes nationales.

En 2017: A Wimbledon, le retour des Russes blancs

Pour l’ATP, si Wimbledon exclut les joueurs et joueuses de nationalités russe et biélorusse, c’est le principe considéré comme «fondamental» d’équité entre tous de participer à tous les tournois «en fonction de leur mérite et sans discrimination» qui est remis en cause. «Nos règles et nos accords existent afin de protéger les droits de tous les joueurs. Des décisions unilatérales de cette nature (…) créent un précédent dommageable pour le reste du circuit. La discrimination mise en place par des tournois de leur propre chef n’est simplement pas viable sur un circuit qui s’étend dans plus de 30 pays», insiste l’ATP.

Suivant des recommandations du gouvernement britannique, Wimbledon a annoncé le 20 avril son intention d’exclure les Russes et les Biélorusses de l’édition 2022 car «il serait inacceptable que le régime russe tire le moindre bénéfice de la participation de joueurs russes ou biélorusses».

Lire aussi: La fronde du tennis mondial contre Wimbledon

Dans un communiqué, Wimbledon a déclaré «comprendre les divergences d’opinions» sur ce sujet et «regretter profondément l’impact de [sa] décision sur les personnes concernées» mais estime avoir «pris la seule décision viable pour Wimbledon en tant qu’événement sportif de renommée mondiale et institution britannique», tout en évitant de «mettre en danger» les joueurs russes et leur famille en exigeant «des déclarations écrites de la part des joueurs individuels». «Nous nous en tenons à la décision que nous avons prise», conclut le communiqué.