L’Euro n’aurait pu consacrer plus magnifiques championnes. Dimanche à Enschede, les Néerlandaises ont battu le Danemark sur le score de 4-2 pour remporter leur premier titre majeur. L’histoire est belle parce que les Oranje Leeuwinnen (les lionnes oranges) se sont imposées à domicile, après six rencontres disputées dans des stades combles, dans un pays qui s’est laissé gagner par la ferveur. Mais elle l’est encore plus parce que l’équipe des Pays-Bas a gagné en se cramponnant à un football de légèreté, de projection vers l’avant, de prise de risques, un football inspiré et inspirant pour penser le jeu de demain.

Lire également: Aux Pays-Bas, un Euro féminin à taille humaine

Un tournant pour le football féminin européen

Car ce tournoi marque un tournant dans le roman du football féminin européen. Depuis 1995, l’Allemagne avait décroché sept couronnes continentales consécutives. Elle était trop forte, autant que les autres étaient trop faibles. Personne n’avait la culture (foot) pour oser interrompre le monologue germanique et argumenter.

Cet été, les Allemandes ont trouvé à qui parler. Déjà malmenées par la Suède lors de leur premier match, elles ont été éliminées dès les quarts par une équipe du Danemark qui tracera sa route jusqu’en finale. L’Autriche a séduit. La France n’a pas totalement convaincu mais son potentiel saute aux yeux. Avec toutes ces formations intéressantes, ce n’est plus l’Allemagne qui gagne à la fin. C’est le football. Et, pour le coup, les Pays-Bas avec lui.

Lire aussi: Euro féminin: l’enfer de Deventer

Le style en plus-value

En finale, les Néerlandaises ont fait la synthèse de tout ce qu’elles avaient déjà montré de séduisant. Le caractère, quand menées pour la première fois du tournoi après six minutes de jeu, elles trouvent le moyen en à peine quatre minutes de réagir et d’égaliser. La débauche d’énergie, quand l’irrésistible Shanice van de Sanden multiplie les courses sur son aile pour faire exploser la défense adverse. Le sens tactique, quand les Lionnes font circuler le ballon de gauche à droite pour étirer le bloc adverse et permettre à Lieke Martens de trouver la faille, un deuxième but à la clé.

Au premier tour, les Néerlandaises avaient déjà battu le Danemark, sobrement, 1-0 avec un but inscrit sur penalty. Dans la dernière ligne droite vers le titre, elles ont rajouté du style à l’ouvrage. Le football féminin n’aurait pu s’offrir plus belle publicité.