La Suisse sera représentée par trois clubs en quarts de finale de la Champions Hockey League (CHL), et pourtant le pays peine à s’intéresser à cette compétition continentale née dans sa forme (plus ou moins) actuelle en 2014. Les affluences enregistrées jusqu’ici par le HC Bienne, l’EV Zoug et le Lausanne HC restent loin de leurs standards en National League. Le club vaudois a par exemple franchi le cap des huitièmes de finale devant 3239 spectateurs, contre 8293 de moyenne en championnat, tandis que le CP Berne a été éliminé au même stade de la compétition devant 4019 personnes, contre 16 090 de moyenne en championnat.

Le phénomène n’est pas propre à la Suisse. Dans les autres pays européens à forte tradition hockey, les supporters privilégient aussi les compétitions nationales. Mais pourquoi donc? Le Suédois Szymon Szemberg a beaucoup réfléchi à la problématique: avant de diriger l’Alliance des clubs européens de hockey, il a participé à la genèse de cette Ligue des champions sur glace qui, estime-t-il, a besoin de temps pour s’installer dans le cœur (et l’agenda) des fans. Et ce, pour au moins cinq raisons, qu’il détaille pour Le Temps.