«Quand une équipe gagne, c'est une région qui gagne. Une région qui gagne, c'est une économie qui gagne!» Jean-Jacques Miserez, ardent défenseur des Montagnes neuchâteloises et de l'équipe du HC La Chaux-de-Fonds (HCC), a répété son credo jeudi à la salle de musique de la ville. Plus de 200 partenaires économiques étaient réunis pour le lancement de la souscription publique qui devrait transformer le club des Montagnes en société anonyme dotée d'un capital de 800 000 francs. L'équipe est bien placée en Ligue nationale B et compte militer en Ligue nationale A (LNA) la saison prochaine, ou dans la future ligue professionnelle qu'elle appelle de ses vœux. D'ici au 25 février, date limite pour la souscription publique, on saura si le HC La Chaux-de-Fonds a réuni les moyens de ses ambitions.

Le choc d'une situation financière dramatique a provoqué ce sursaut salutaire. En novembre dernier, le club se trouvait proche de la débâcle comptable avec 1,9 million de francs de dettes et des actifs (la valeur des joueurs) estimés à 1 million. Il n'était plus capable de payer ses hockeyeurs et ses fournisseurs, sans même parler des charges sociales. Un comité de salut public s'est alors constitué sous l'impulsion de Jean-Jacques Miserez, ancien député et chef du service d'hygiène de La Chaux-de-Fonds. Grâce au sponsor officiel, la maison de vente par correspondance VAC, et aux efforts de plusieurs commerces de la ville, quelque 150 000 francs ont pu être réunis pour parer au plus pressé. Maintenant, il s'agit d'assainir le HCC et de le transformer en société anonyme.

Candidat à la ligue professionnelle

«C'est sous l'emblème de l'ambition que le nouveau comité a décidé de s'engager. Mais nous sommes lucides: un énorme effort nous attend», n'a pas caché Jean-Jacques Miserez. Le HC La Chaux-de-Fonds est favorable à la future Ligue professionnelle. Il a d'ailleurs voté dans ce sens à Zoug, le 29 novembre dernier lors de l'assemblée des délégués, tout en annonçant son intention de se porter candidat. «Nous sommes un grand club, qui ne se trouve pas dans une région économiquement sous-développée», a-t-il ajouté. L'homme est persuadé que la région des Montagnes neuchâteloises est aussi forte que celles de Langnau ou d'Ambri-Piotta: «Et puis, nous allons collaborer avec les clubs neuchâtelois: Fleurier, Young-Sprinters, Les Ponts-de-Martel, etc. Avec le nôtre, cela représente quelque 500 juniors en formation!»

Le budget du HC La Chaux-de-Fonds sera de 5 millions de francs. Quand le club jouait en LNA, de 1996 à 1998, il atteignait déjà 4,2 millions. Le pari semble possible. Reste à placer le club dans la division professionnelle, par la promotion à la fin de la saison, ou sur dossier. Fondé en 1919, il peut se targuer de six titres de champion suisse de 1968 à 1973. D'ailleurs, à l'époque, le club emmené par Gaston Pelletier, constituait l'essentiel de l'équipe nationale qui avait été promue dans le groupe A. Jean-Jacques Miserez aimerait retrouver ces temps héroïques où le hockey faisait vibrer toute une région: «Notre patinoire doit devenir un forum couvert au cœur de l'hiver jurassien.»

Abeille travailleuse

D'ici là, il faudra assainir le HCC constitué actuellement sous la forme d'une association. L'avocat Frédy Rumo, plus connu dans les milieux du football que du hockey, s'y attellera. «La société anonyme ne paiera pas les dettes de l'association, mais elle reprendra ses actifs pour que cette dernière puisse payer des dividendes à ses créanciers. Nous devrons trouver des solutions pour mettre à l'abri des poursuites les personnes qui se sont dévouées dans l'association pendant des années», a expliqué l'avocat.

Quant au notaire Gérard l'Héritier, il a annoncé que la société anonyme pourrait être constituée même avec un capital de 400 000 francs, si les 800 000 ne sont pas réunis d'ici le 25 février. Mais comme l'a dit Marius Meijer, directeur commercial de VAC, principal sponsor du club: «Le succès de la souscription constituera le baromètre de la popularité du HCC.» Enfin, Lucien Bringolf, patron d'Adequa Communication, a annoncé que la mascotte du club sera une abeille, de la race de celles qui figurent sur les armoiries communales, «une abeille travailleuse, organisée, qui saura s'opposer aux tigres, lions et autres capricornes…».