«Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille», assurait Jacques Chirac, l’homme qui a remis la Coupe du monde de football à Didier Deschamps, le capitaine de l’équipe de France, un beau soir de juillet 1998. Depuis, Deschamps est devenu sélectionneur des Bleus, qu’il a conduit à un deuxième titre mondial en 2018 puis, tout récemment, à la victoire dans la Ligue des nations. Mais l’entraîneur réputé pour son flair et sa chance se retrouve aujourd’hui face à un problème inédit: trois de ses joueurs doivent répondre de sérieuses accusations pénales.