Chaque mardi de l’été, notre chroniqueur court, saute, nage et pédale. Il partage l’exercice musculaire dans «Le Temps».

Episodes précédents:

J’utilise assez peu les émoticones. Mais à part le sourire basique, il y en a un dont je me sers régulièrement. Celui qui, sans sourire, lève les yeux au ciel. J’aime bien son air dépité. J’aimerais pouvoir l’imiter, dans certaines situations de la vraie vie.

Un exemple. Le départ en vacances. Pour aider les enfants à se farcir dix heures de voiture jusqu’en Italie/en Espagne/au Portugal, on leur offre des magazines. Dans le kiosque du relais autoroutier, ma fille penche pour La Magie des licornes, avec rien à lire dedans mais «des cadeaux rien que pour toi» en plastique de mauvaise qualité avec lesquels elle va jouer trois minutes.

Mon fils, lui, craque pour le magazine Playmobil. Huit pages tout au plus, mais emballé avec le pompier-plongeur! A la caisse, en train de payer 23 francs pour du vent, j’affiche mon sourire basique. Mais j’aimerais bien imiter l’émoticone dépité.

Griezmann fait la sieste

Ça, c’était avant. Mes enfants ont grandi. Un magazine n’a plus besoin d’avoir «des cadeaux rien que pour eux». Mon fils s’oriente désormais vers les magazines de foot. Ce n’est pas encore de la grande littérature, mais c’est mieux que les licornes en plastique. Et puis c’est l’été, il faut se détendre.

Sauf que dans cette catégorie-là aussi, il y a du bon et du très mauvais. Citons les quatre pages sur «L’insta des stars du foot». On y apprend que l’Allemand Özil a deux chiots chou. Ou que le Brésilien Lucas aime le cerf-volant. Plus surprenant encore, Griezmann fait la sieste avec son jeune garçon dans les bras.

Je le concède, je suis allé chercher le pire de cette édition de Foot Goal. Il y a aussi des articles. Sur des doubles pages, des choix éditoriaux forts: Mbappé, Cristiano Ronaldo, l’équipe de France, Griezmann, Messi, le Real Madrid, le PSG. Emoticone dépité.

On a déjà parlé de ça avec mon fils. Je lui ai dit qu’à la place de ressasser toujours les mêmes infos sur toujours les mêmes joueurs, j’aimerais lui faire découvrir d’autres revues. So Foot Junior, par exemple, rend le foot un peu plus intelligent. Parce que le sport roi recèle aussi des histoires d’intégration, d’amitié ou de plein d’autres choses plus essentielles que les meilleurs tattoos des joueurs du Barça.

Comment il a réagi? Il a levé les yeux au ciel.