Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Marco Chiudinelli
© ALBERTO PIZZOLI

Tennis 

Chiudinelli, perdant magnifique

Sans ses leaders, l'équipe de Suisse défend crânement ses chances. Marco Chiudinelli a manqué de très peu l'occasion de faire douter l'Italie

Cela fait près de quatre heures et demie que Marco Chiudinelli et Paolo Lorenzi, tous deux âgés de 34 ans et tous deux atteints de crampes, sont sur le court d'une Adriatic Arena de Pesaro bien garnie malgré les absences de Roger Federer et Stan Wawrinka du côté helvétique ainsi que de Fabio Fognini chez les Transalpins. Le Suisse mène 5-4 au cinquième set et possède trois balles de match sur le service de son adversaire. Mais, de même qu'il manqué six balles de set dans le tie-break de la première manche avant de la concéder, le Bâlois ne va pas profiter de ces occasions et finit par s'incliner 5-7 dans le set décisif (7-6 6-3 4-6 5-7 7-5). C'est évidemment une très cruelle désillusion pour celui qui a vécu toute sa carrière à l'ombre de son ami d'enfance Federer.

Pour décevante qu'en soit l'issue, ce match d'ouverture de la rencontre de premier tour de Coupe Davis entre l'Italie et la Suisse représente une belle satisfaction pour le capitaine Severin Lüthi. Beaucoup de gens sont persuadés que ses protégés ne constituent pas une formation très compétitive en l'absence de Federer et Wawrinka, mais les joueurs concernés ont toujours à cœur de prouver le contraire. L'an dernier à Liège face la Belgique, future finaliste de l'épreuve, l'équipe de Suisse avait déjà accompli une performance de choix au premier tour où, également privée de ses deux stars, elle n'avait perdu qu'au terme du cinquième match après deux victoires en cinq sets d'Henri Laaksonen.

Cette année, Severin Lüthi et les siens ne sont pas favoris non plus contre l'Italie mais ils ne se présentent pas sur le terrain en victime expiatoire. C'est évidemment un élément positif quand tout le monde, notamment les hôtes transalpins, ne leur accordent pratiquement aucune chance de victoire. On s'en est aperçu d'emblée lors de la confrontation entre Chiudinelli et Lorenzi, une partie que le Bâlois a démarré avec détermination et efficacité alors que son rival, peu habitué à jouer des matchs de Coupe Davis à enjeu malgré une carrière déjà longue, a pris beaucoup plus de temps à trouver ses marques. Il s'en est fallu de très peu que Chiudinelli ne s'adjuge le set initial, et on peut penser que s'il l'avait fait, le cours de la rencontre aurait pris une autre tournure. Cela dit, le grand mérite du Suisse a été de continuer d'y croire après avoir concédé la deuxième manche.

Alors qu'il paraissait en position idéale pour réaliser un magnifique renversement de situation, Marco Chiudinelli a craqué. Avec la défaite de son numéro un le premier jour, la Suisse voit naturellement ses chances de succès final diminuer, notamment parce que le Bâlois s'est beaucoup dépensé et parce que les Italiens possèdent en Bolelli/Seppi pour le double de samedi un duo redoutable qui vient de s'imposer à Dubaï. Cela n'empêche pas Chiudinelli d'aborder la suite avec une certaine confiance: «Je suis content de mon niveau de jeu et prêt à évoluer en double s'il le faut.» En début de soirée, Henri Laaksonen tentait d'égaliser face au vétéran italien Andrea Seppi, bien mieux classé que lui.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL