Elles ne dépassent pas le mètre soixante, portent la pollera de la cholita, la jupe traditionnelle des femmes de l’Altiplano, arborent deux longues tresses si caractéristiques et sont connues dans toute la Bolivie comme les femmes traditionnelles lutteuses, les cholitas luchadoras. Lors d’un combat, dès qu’elles font leur entrée, les cris de joie fusent, on jette des morceaux de poulet sur celle qui a le mauvais rôle. Comme dans la tradition du catch états-unien, les cholitas s’en prennent à l’arbitre, se couvrent de faux sang pour feindre la blessure et fuient le ring en esquivant les chaises lancées par des spectateurs conquis par ce théâtre.