Football

Christian Constantin interdit de stade pendant quatorze mois

Le 21 septembre à Lugano, le président du FC Sion s’en est pris physiquement au consultant de Teleclub Rolf Fringer. La commission de discipline de la Swiss Football League le sanctionne sévèrement mais renonce à l’exclure

Longtemps attendue, la décision de la commission de discipline de la Swiss Football League (SFL) dans l’affaire Constantin/Fringer est tombée. Pour s’en être pris physiquement au consultant de Teleclub Rolf Fringer, en marge du match Lugano-Sion le 21 septembre, Christian Constantin écope d’une amende de 100 000 francs et surtout d’une interdiction de terrain de quatorze mois.

Par interdiction de terrain, il faut entendre «interdiction de stade». Habitué à suivre son équipe au plus près, Christian Constantin «ne peut pas aller dans l’enceinte du stade, sur le terrain, dans la zone technique, dans les vestiaires et la zone mixte, prendre place en tribune ou dans un quelconque secteur du stade le jour du match», et ce, «pour les matchs de Super League, Challenge League, Coupe de Suisse et de l’équipe nationale A masculine», précise la SFL dans un communiqué.

Des circonstances aggravantes

Alors que son équipe venait de gagner à Lugano, Christian Constantin était allé s’en prendre physiquement à l’ancien sélectionneur national Rolf Fringer, qui se tenait au bord du terrain pour un plateau de la chaîne Teleclub. De son propre aveu, Constantin avait donné «un coup de pied au cul et quelques paires de claques» à Fringer, à qui il reprochait des commentaires souvent négatifs sur le FC Sion et systématiquement dirigés contre sa personne. Le lendemain, lors d’une conférence de presse organisée à Martigny, il assumait son geste, celui d’un «Valaisan», d’un homme poussé à bout par les critiques, qui n’avait finalement fait que se défendre, un peu rudement certes.

Lire aussi: Christian Constantin, les plaies du boss

Dans son communiqué, la commission de discipline ne lui trouve aucune excuse. Au contraire, sa fonction de président et sa condamnation préalable dans une affaire similaire à quatre mois d’interdiction de terrain en 2008 constituent des circonstances aggravantes à cette «très grave atteinte au règlement disciplinaire de l’Association suisse de football».

Le boycott «étudié mais non retenu»

Christian Constantin échappe toutefois à une sanction plus forte. Il peut rester président du FC Sion, il pourra s’asseoir dans les tribunes ou sur le banc à la fin de sa suspension. Au lendemain de l’affaire, de nombreux éditorialistes réclamaient son exclusion ferme et définitive. Sollicité par Le Temps, le président de la commission de discipline de la SFL Daniele Moro reconnaît que «le catalogue de sanctions à disposition prévoit la possibilité de boycott». «Cette sanction plus grave a été étudiée mais pas retenue. Nous estimons avoir donné une sanction sévère mais proportionnée.»

Christian Constantin et ses avocats ont cinq jours pour contester cette décision auprès du Tribunal de recours de la SFL. Un recours contre l’interdiction de terrain de quatorze mois n’aurait pas d’effet suspensif. C’est ce qu’a souhaité la commission de discipline, estimant que «les buts et valeurs prévus dans les statuts de l’ASF priment clairement sur l’intérêt privé de Christian Constantin de pouvoir assister aux matchs de football». L’interdiction de terrain prononcée prend effet immédiatement, mais «Christian Constantin peut recourir contre la levée de cet effet suspensif», reconnaît Daniele Moro.

L'intéressé ne va pas s'en prier. Dimanche, Sion reçoit St-Gall au stade de Tourbillon et il entend bien y assister. «Pourquoi n’y serais-je pas? Je suis locataire de Tourbillon. Si l’on me dit de ne pas aller dormir chez moi, j’y vais quand même, ou quoi?», a-t-il répondu au Matin.

Publicité