Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Bryan Gendre peine à contenir Dren Feka. Gland se bat bien, mais Lucerne est plus fort.
© SALVATORE DI NOLFI / Keystone

Football

Cinq divisions et huit buts d’écart

Les Vaudois du FC Gland (2e Ligue) se sont bien battus contre le FC Lucerne (Super League) en Coupe de Suisse. Cela n’a pas empêché l’inévitable correction des amateurs par des professionnels (1-9)

Sur le parking du centre sportif En Bord, des bénévoles transpirant sous des gilets orange s’activent pour guider les retardataires, sous le regard distrait d’une poignée de gendarmes. Le dispositif n’a rien de délirant mais il bouleverse pourtant les habitudes du FC Gland, pensionnaire de 2e Ligue vaudoise, dont les matches n’attirent habituellement pas la grande foule. Les spectateurs sont aujourd’hui 1450, car les hommes de l’entraîneur Jamel Kaissi, qualifiés pour la Coupe de Suisse au bénéfice de leur victoire lors de la dernière Coupe vaudoise, ont eu le privilège d’hériter du FC Lucerne (Super League) comme adversaire en 32e de finale. Cela en fait le duel le plus violemment déséquilibré du premier tour.

Cinq divisions séparent les amateurs de La Côte des professionnels alémaniques. Du match, ils n’ont a priori aucune surprise à espérer mais… sait-on jamais. La modeste équipe des Herbiers a atteint la finale de la dernière Coupe de France. David a vaincu Goliath. Et à chaque affrontement du genre, les romantiques se joignent aux supporters de la proie désignée pour prier pour qu’elle croque son prédateur.

Du jeu, tant bien que mal

En payant les 15 francs d’entrée ce dimanche, le spectateur s’accroche pour y croire comme il peut. Le FC Gland est une bonne équipe de 2e Ligue: elle n’a manqué la promotion à l’échelon supérieur que d’un rien à l’été 2017, et elle a toujours l’ambition de se hisser à un niveau supracantonal. Quant au FC Lucerne, il connaît un début de saison extrêmement difficile. Trois défaites en quatre matches de Super League. Une élimination mortifiante dans les tours préliminaires de l’Europa League. Le nouvel entraîneur René Weiler, de retour au pays après avoir mené Anderlecht au titre de champion de Belgique voilà un peu plus d’une année, n’a pas encore trouvé la formule du succès en Suisse centrale.

Ces considérations ne suffiront pas à préserver le suspense plus de 150 secondes au centre sportif En Bord: Shkelqim Demhasaj ouvre la marque comme si de rien n’était. «C’est parti, les vannes sont ouvertes», lâche un barbu coiffé d’un bob entre deux lampées de bière. Mais les footballeurs locaux lui donnent tort et opposent pendant une bonne demi-heure une admirable résistance. Le FC Lucerne domine, évidemment, mais ses adversaires jouent au football. Se font un malin plaisir de soigner les sorties de zone et d’essayer tant bien que mal de garder le ballon à mi-terrain.

La différence de niveau saute néanmoins aux yeux jusque dans le physique des joueurs. Les Lucernois ont l’air plus grands, plus larges, plus puissants. Lorsque le gardien vaudois Julien Praz doit relancer de ses six mètres, ils semblent en supériorité numérique tant ils occupent l’espace. Cela permet de mesurer l’écart entre le football professionnel et celui des amateurs. Même si le score n’évolue pas.

A la mi-temps, mort du suspense

A force d’actions de possession qui évoquent le handball et de cris d’agacement de quelques joueurs alémaniques, le verrou du FC Gland finit par sauter. Marvin Schulz inscrit un deuxième but à la 33e, puis Shkelqim Demhasaj trompe deux fois encore la vigilance de Julien Praz avant la mi-temps. Le score est de 4-0 à la pause. Le suspense est mort mais l’enjeu demeure pour le FC Gland. Résister, le plus possible. Et répliquer, pourquoi pas.

A la 51e minute de jeu, Jason Nassisi est bien lancé dans la profondeur. Il évite le portier David Zibung d’un dribble un peu large, mais parvient à pousser la balle au fond. De concert avec le public vaudois, il célèbre son but comme si c’était celui de la victoire. Ce n’est que celui de l’honneur sauvé, selon l’expression consacrée, et son équipe finira par s’incliner 1-9. Le score le plus lourd des 32e de finale de la Coupe de Suisse, malgré une lutte acharnée.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL