Pronostics

Cinq médailles (parmi d’autres) que la Suisse attend

L’objectif officiel de Swiss Olympic est de quitter Pyeongchang les bagages lourds de plus de 11 médailles. Certains athlètes paraissent en première ligne pour participer à la moisson

Derrière le porte-drapeau Dario Cologna, qui entend bien défendre les deux titres olympiques obtenus à Sotchi en 2014, les athlètes suisses susceptibles de remporter une médaille à Pyeongchang sont nombreux. Officiellement, Swiss Olympic escompte que ses représentants montent sur le podium à plus de 11 reprises. En toute impartialité, la société américaine Gracenote, spécialisée dans l’analyse de données sportives, estime elle que la Suisse en remportera 16. Les cinq sportifs suivants sont en première ligne parmi les prétendants.

Lire aussi: Dario Cologna, la carrure de l’emploi


Beat Feuz, la force tranquille

En ski alpin, la délégation suisse nourrira des espoirs de médaille lors de chaque épreuve ou presque. Mais un homme est tout particulièrement attendu en Corée du Sud: Beat Feuz. D’abord parce que sa spécialité, la descente, est la plus prestigieuse qui soit. Ensuite parce que le Bernois est, à 30 ans, au top de sa forme, délivré des blessures et apparemment totalement insensible à la pression. Il sera le grand favori de la première épreuve majeure des Jeux olympiques.


Peter de Cruz et son team, les héritiers

Le curling a fait son apparition voilà vingt ans aux Jeux olympiques de Nagano et, depuis la médaille d’or de Patrik Lörtscher et son équipe, le public suisse entretient avec cette discipline singulière un rapport spécial. Cette année, l’équipe du CC Genève emmenée par Peter de Cruz semble, après sa troisième place lors des derniers Championnats du monde, avoir toutes les pierres en main pour monter sur un podium dominé depuis trois éditions par le Canada.


Pat Burgener, l’artiste

Patrick Burgener est un athlète à part au sein de la délégation suisse. Il cumule deux métiers-passions: le sport et… la musique. Tant sur son snowboard qu’avec sa guitare, il se voit comme un jeune homme qui vit de ses performances artistiques. Dans un half-pipe, il est capable des exploits les plus fous. C’est à quitte ou double. Ça peut casser. Mais si ça passe, dit-il lui-même, c’est la médaille assurée dans une discipline où la Suisse doit défendre le titre de Iouri Podladtchikov obtenu à Sotchi.


Andri Ragettli, le prodige

Il n’a que 19 ans et il emmène déjà fièrement le classement de la Coupe du monde de slopestyle. Sur ses skis, Andri Ragettli est un petit phénomène qui réussit des figures folles et qui ne quitte pratiquement jamais le podium lors des plus prestigieuses épreuves. Egalement doué pour faire parler de lui sur les réseaux sociaux, il s’est fait remarquer mondialement avec des vidéos spectaculaires de ses entraînements. La prochaine étape est de décrocher une médaille olympique.

Lire aussi: Andri Ragettli, espoir suisse du «freestyle» aux JO et réseauteur d’enfer


Marc Bischofberger, la révélation

Le skicross est une de ces disciplines qui profitent énormément des Jeux olympiques pour se faire connaître du grand public. C’est d’autant plus vrai que, tant chez les femmes (Fanny Smith) que chez les hommes (Alex Fiva, Armin Niederer), la Suisse compte d’excellents représentants. A Pyeongchang, le 21 février, il faudra tout particulièrement suivre Marc Bischofberger qui, à 27 ans, réalise la meilleure saison de sa carrière (deux victoires en Coupe du monde, première place au général).

Publicité