Que peuvent espérer… les finalistes du Ballon d'or?

Au terme d'un suspense insoutenable, la FIFA remettra ce soir le Ballon d'Or 2015 à Lionel Messi (à moins d'une extraordinaire surprise). L'Argentin est incontestablement favori de la cérémonie de remise des prix organisée à Zurich et pour cause: le quadruple lauréat de la récompense (2009, 2010, 2011, 2012) a été irrésistible durant l'année, tant sur le plan individuel (53 buts toutes compétitions confondues durant l'année) que collectif (quintuplé avec le Barça: Ligue des champions, championnat, coupe, Supercoupe d'Europe, Mondial des clubs). Seule ombre au tableau, la défaite de son Argentine en finale de la Copa America. Insuffisant pour ne pas être distingué.

Ils sont pourtant trois finalistes à se disputer la distinction. Il y a Cristiano Ronaldo, bien sûr, trois Ballons d'Or dont le dernier, il y a douze mois, fêté avec un cri qui a beaucoup fait rire et qui a largement été détourné. Meilleur buteur de la Liga, il a fait chou blanc avec la Maison Blanche: le Real Madrid cauchemarde encore de n'avoir rien gagné la saison dernière. Et puis il y a Neymar. Le Brésilien de 23 ans ne s'offusquera pas de ne pas gagner ce soir, il sait que l'avenir lui appartient quand les deux autres nominés tutoient la trentaine, ce qu'illustre l'explosion de sa valeur marchande, constatée par l'Observatoire du football.

Lire aussi: Neymar, ballon de bronze 2015


... les bannis de la FIFA?

Les péripéties de la FIFA tiennent en haleine les amateurs de football, de jeux d'influence et surtout des deux combinés depuis des mois. En annonçant jeudi qu'il n'allait finalement pas se présenter à l'élection présidentielle de la FIFA, Michel Platini a-t-il donné le clap de fin de l'histoire? Oui, en ce qui concerne les enjeux majeurs: il est désormais clair que le Français ne succèdera pas à Sepp Blatter à la tête de l'institution et que son futur président est l'un des cinq hommes encore en lice (Gianni Infantino, le cheikh Salman, Jérôme Champagne, le prince Ali et Tokyo Sexwale).

Mais comme après le climax d'un bon film d'action, quelques intrigues secondaires - pas pour les principaux intéressés évidemment - restent en cours. Ce lundi, Michel Platini et Sepp Blatter font appel auprès de la commission ad-hoc de la FIFA contre la suspension que la justice interne de l'institution a prononcé à leur encontre. Une question d'honneur, mais aussi d'avenir, peut-être davantage pour le Français de 60 ans, qui aspire à retrouver son poste à l'UEFA, qui pour le Suisse de bientôt 80 ans (en mars).


… Sébastien Loeb dans les dunes?

Néophyte du Dakar, Sébastien Loeb a réalisé une première semaine de course fantastique: trois victoires d'étape (sur six disputées) et une place de leader du général samedi soir, avant la première journée de repos. Mais alors qu'une question devenait inévitable – la légende du rallye peut-il dompter le rallye-raid du premier coup? - les spécialistes recentraient le débat: attention, cette première semaine n'était pas vraiment «typée» Dakar. «C'est un Dakar facile, a noté Stéphane Peterhansel, onze fois vainqueur de l'épreuve. C'est piste, piste, piste.» Des circonstances favorables au citoyen français établi à Prangins, qui peut ainsi se reposer sur ses incontestables qualités de pilote.

Dès l'étape d'aujourd'hui, les dunes vont faire partie du menu des concurrents. La semaine à venir «va être totalement différente, vraiment dans l'esprit du Dakar, avec des étapes de dunes, de sable, une très grosse part de navigation, corsée cette année», a promis le directeur du rallye Etienne Lavigne au micro de RMC. Et une prophétie: «Les pilotes historiques du rallye-raid vont pouvoir se révéler.» A moins, bien sûr, que Sébastien Loeb n'ait déjà eu le temps de faire fonctionner son extraordinaire capacité d'adaptation.

Lire aussi: Au Dakar, la rivalité sportive de deux «Suisses»


… les skieurs à Wengen?

Sale temps pour le ski alpin. Samedi, le géant d'Adelboden a dû être annulé à cause de la pluie et du brouillard. Un crève-coeur pour tous les athlètes, surtout les Suisses pour lesquels la course bernoise est une des rares occasions de la saison de briller «à domicile», devant leurs proches. Mais ils ont compris, à l'instar du Valaisan Justin Murisier (meilleur géantiste helvétique de la saison jusqu'ici) qui saluait une décision prise «pour la sécurité» des athlètes. Reste, bien sûr, des incidences financières importantes pour l'organisation.

Mais voilà que se profilent déjà les épreuves de Wengen. Une annulation n'est toutefois pas à l'ordre du jour. La semaine dernière, les organisateurs avaient déjà annoncé qu'ils concentreraient leurs efforts de préparation à la mythique piste du Lauberhorn, où la descente est prévue samedi, et que le slalom s'y déroulerait par conséquent aussi, ce qui constitue une première. Mais leurs efforts (et les chutes de neige enregistrées) permettront au week-end de se dérouler sans davantage de problèmes.


… les tenniswomen suisses?

Le classement WTA au 11 janvier 2016 est agréable pour les amateurs de tennis suisse. Timea Bacsinszky pointe au treizième rang, juste devant Belinda Bencic. Toutes les deux sont proches de leur meilleur niveau (10e en octobre dernier pour la première, 12e en août pour la seconde). Mais la nouvelle année ne commence pas de la meilleure des manière pour elles.

Belinda Bencic est celle qui s'en sort le mieux. A Brisbane, la Saint-Galloise a remporté une recontre pour atteindre le deuxième tour la semaine dernière, performance récidivée ce matin grâce à un succès sur Mirjana Lucic-Baroni (WTA 69) au tournoi de Sydney. Mais il conviendra de faire mieux si elle entend poursuivre l'aventure: elle a beaucoup souffert dans une partie où son adversaire l'a breakée huit fois et a inscrit plus de points qu'elle. Quant à Timea Bacsinszky, elle paie encore sa blessure au genou gauche, contractée en octobre: à Brisbane et à Sydney, la Vaudoise a été sortie dès le premier tour. Elle abordera l'Open d'Australie sans avoir remporté le moindre match.