Phonak ayant été recalée par les organisateurs pour insuffisance de résultats, aucune formation helvétique n'est au départ de ce 90e Tour de France. Cinq coureurs suisses participent néanmoins à la Grande Boucle sous le maillot d'équipes étrangères.

Le sort a réservé à Pierre Bourquenoud (Jean Delatour) l'honneur de partir le premier lors du prologue de samedi. Le Gruérien, choisi pour ses qualités de grimpeur, fait partie des néophytes de l'épreuve, de même que le Neuchâtelois d'origine italienne Steve Zampieri (Caldirola), sélectionné pour les excellents services qu'il a rendus à son leader Stefano Garzelli lors du dernier Giro. Markus Zberg (Gerolsteiner), 68e en 2000, et Sven Montgomery (Fassa Bortolo), contraint à l'abandon sur chute en 2001, effectuent eux leur deuxième apparition. L'Uranais servira d'équipier à l'Italien Davide Rebellin, tandis que le Bernois, affaibli par un virus en 2002, tentera de mériter la confiance que ses dirigeants lui accordent.

Ces quatre coureurs auront pour objectif de terminer l'épreuve en soutenant leurs leaders respectifs, tout en nourrissant le secret espoir d'imiter le Tessinois Rubens Bertogliati, qui s'était emparé du maillot jaune l'an dernier en remportant la première étape à Luxembourg.

Laurent Dufaux complète le plateau helvétique. Pour sa dixième participation à 34 ans, le leader vaudois de l'équipe italienne Alessio, 4e en 1996 (victoire d'étape à Pampelune) et 1999, rêve d'un ultime coup d'éclat: «Je ne veux pas me mettre la pression en pensant au classement général, mais je vais tout faire pour décrocher une victoire d'étape. Je suis en bonne condition.»