Le Comité international olympique (CIO) veut se donner un temps supplémentaire avant d’attribuer l’organisation des Jeux olympiques d’hiver 2030, en raison notamment des défis présentés par le changement climatique, a indiqué mardi l’instance. L’élection de la ville hôte pour les Jeux d’hiver 2030 n’aura pas lieu au cours de la 140e session du CIO en 2023 à Bombay comme initialement prévu, a annoncé l’organisation lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion de sa commission exécutive.

La commission chargée de l’attribution de ces Jeux a remis un rapport au CIO, qui a donné lieu à «une discussion plus large» sur le changement climatique et la «durabilité des sports d’hiver», a précisé l’organisation, qui souhaite donc s’accorder «plus de temps pour étudier tous ces facteurs». Des critères sur des températures minimales et un taux d’enneigement moyen pourraient à l’avenir être exigés des villes candidates.

Lire aussi: Et maintenant, du ski et du hockey sur glace en Arabie saoudite en 2029: comprenne qui pourra

De moins en moins de candidatures

Trois villes, toutes déjà organisatrices des Jeux d’hiver par le passé, avaient fait part de leur intérêt: Sapporo, Salt Lake City et Vancouver. Si la capitale mormone semble désormais se réserver pour 2034, Vancouver est plombée par le manque de soutien du gouvernement de la Colombie-Britannique et devrait déclarer forfait, selon le site d’information olympique FrancsJeux. La candidature de Sapporo aurait donc dû être désignée comme celle privilégiée par le CIO, et entamer avec lui un «dialogue», selon le nouveau protocole mis en place. Le processus est reporté à l’année suivante, peut-être pour donner du temps aux promoteurs de nouveaux Jeux au Japon, où a éclaté un scandale de corruption autour des Jeux d’été de Tokyo 2020 (organisés en 2021).

Dans un contexte de raréfaction des villes candidates à l’organisation des Jeux olympiques d’hiver – trois candidatures pour 2018, deux pour 2022 et deux pour 2026, avec à chaque fois de nombreuses oppositions des populations locales –, il a également été question d’une double attribution de l’organisation des Jeux olympiques pour les éditions de 2030 et 2034 afin d’instaurer «un climat de stabilité» pour les sports d’hiver.

Lire aussi: Le système olympique au défi des droits humains

Le CIO se dit même prêt à étudier le projet d’une «rotation des Jeux olympiques d’hiver au sein d’un groupe d’hôtes». Cette question, comme celle d’une double attribution, est pour le moment purement théorique. «Aucune conclusion n’a été tirée», précise le CIO, dont le discours a essentiellement pour but de montrer qu’il réfléchit et qu’il ne veut pas ou plus agir à la légère.