Durant toute la semaine, Le Temps ausculte les nouveaux enjeux de société qui, quotidiennement, interpellent les mouvements sportifs et remettent en cause leur organisation, leurs valeurs, leur modèle économique et leur avenir.

Les épisodes précédents: 

  1. Des records au progressisme
  2. La redéfinition du genre
  3. Montera-t-on encore à cheval dans 30 ans?

Dans tous les pays occidentalisés, dans tous les sports, les responsables de club, d’association ou de fédération dressent le même constat: le sport «classique», organisé, encadré par des adultes et des horaires, intéresse de moins en moins les jeunes générations. Ils observent une érosion du nombre de membres, un arrêt plus précoce, un attachement moindre aux notions d’équipe et de résultats, un rejet assez net de la compétition, et l’assimilation de la structure à un prestataire de services. La nouvelle génération, que l’on surnomme Y, n’est pas moins sportive mais sa pratique échappe à tout contrôle.

Lire aussi: Les nouveaux défis du sport au XXIe siècle