Oubliés les «fantômes du boycott» chassés par «le message unificateur» des Jeux olympiques. A la veille de l’ouverture des JO de Pékin, le président du Comité international olympique (CIO) s’est félicité du «fort soutien de la communauté internationale». Pourtant, dès 2020, «nous pouvions déjà voir les nuages sombres de la politisation croissante du sport poindre à l’horizon», a déclaré Thomas Bach, lors d’une session du CIO. Une envolée que ne renierait pas Pékin.