Les Championnats du monde d’athlétisme de Doha resteront comme les plus controversés de l’histoire. Ceux de la chaleur extrême infligée aux marathoniens et autres marcheurs. Ceux d’un gigantesque stade climatisé que le public aura mis du temps à garnir. Ceux, surtout, qui ont peut-être été obtenus dans le cadre du système de corruption qui prévalait pendant le règne de l’ancien président de la fédération internationale (IAAF), Lamine Diack. Une enquête de la justice française est ouverte.

Lire également notre éditorial: En sport, le futur n’est plus ce qu’il était