Les skieuses valaisannes sont en forme. Après la troisième place obtenue jeudi par Sylviane Berthod dans la descente féminine d'Åre, c'est Corinne Rey-Bellet qui s'est distinguée vendredi. La skieuse des Crosets a remporté, à Åre toujours, le dernier super-G de la saison 2000-2001, devançant la Canadienne Mélanie Surgeon de 69 centièmes de seconde et la Française Régine Cavagnoud de 75 centièmes. Cette dernière remporte ainsi le globe de cristal de la spécialité, devant Renate Götschl (466 points) et Carole Montillet (405).

Un jour porte-bonheur

Toute à la joie de sa victoire, Corinne Rey-Bellet pouvait jubiler au téléphone: «J'ai rarement eu une énergie pareille. J'étais motivée, concentrée. J'ai bien su gérer l'attente (ndlr: la course a eu lieu à 15 h alors qu'elle devait se dérouler à 12 h 30). Je suis vraiment heureuse, parce que, depuis quelque temps, j'avais la fâcheuse impression que la chance me fuyait. J'ai par exemple souvent choisi de mauvais numéros de dossards. Là, j'ai pris le 2, qui correspond à mon jour de naissance. Et ça m'a porté bonheur.»

Alors qu'elle hante le Cirque blanc depuis 1990, Corinne Rey-Bellet mérite bien cette victoire après laquelle elle a couru toute la saison. D'autant que, depuis le début de sa carrière, la Val-d'Illienne n'a guère eu l'occasion de connaître les joies du podium, malgré sa régularité à l'avant du peloton. Elle n'est montée dessus qu'à onze reprises, quatre fois sur la première marche. Mais elle a souvent été blessée: à l'épaule en 1992, au ménisque gauche en 1993 et en 1999, et au genou droit (ligaments croisés) en 1996.

«Je me suis assagie»

Dotée d'un fort caractère, elle a toujours eu la volonté de revenir. «Avant, dès que les choses n'allaient pas comme je le souhaitais, j'envoyais tout promener, nous confiait-elle récemment. Aujourd'hui, je me suis assagie, je relativise. Cela me permet d'évacuer très vite les déceptions. Je vis beaucoup mieux mes faux pas, tout en me laissant une porte ouverte pour continuer à apprendre quotidiennement.»

Un apprentissage que la Valaisanne et sa camarade Sylviane Berthod – 5e hier – poursuivront l'hiver prochain. Car, dès dimanche soir, il sera temps pour elles de partir en vacances, tout juste entrecoupées par les championnats suisses et quelques tests de fin de saison.