Le moins que l'on puisse dire, c'est que personne ne s'y attendait! C'est un nouveau coup de théâtre qui a eu lieu hier dans le rocambolesque feuilleton judiciaire que vit la Coupe de l'America depuis un an déjà. La nouvelle est tombée mardi soir: la division d'appel de la Cour suprême de l'Etat de New York a donné raison à la Société nautique de Genève (SNG), que représente Alinghi, en désignant le Club nautico español de Vela comme «Challenger of record».

Par cette décision, les juges de la Cour d'appel ont donc annulé le jugement du mois de novembre. Ce dernier invalidait le défi espagnol et nommait le Golden Gate Yacht Club Challenger of record. La suite, on la connaît, les deux équipes n'ayant pas réussi à se mettre d'accord sur les termes de la 33e Coupe de l'America, les Suisses se voyaient contraints d'accepter le défi lancé par BMW Oracle, à savoir un duel en multicoques de 90 pieds. Alors que l'on s'attendait à ce que la Cour d'appel ne fasse que lever l'incertitude quant à la date de cette régate, c'est pour un retour à la case départ qu'ont opté les juges new-yorkais.

Satisfaction et soulagement

«Nous sommes enchantés de ce résultat. Cela signifie que nous allons poursuivre avec notre vision d'un évènement à plusieurs Challengers, se félicite Ernesto Bertarelli. La décision de la cour valide nos démarches et va nous permettre de replacer la Coupe de l'America sur l'eau.» Immense satisfaction aussi pour l'avocat d'Alinghi, Denis Masmejan: «Après un an de litige avec le Golden Gate Yacht Club, nous sommes extrêmement satisfaits de cette décision. Les actions du défi américain ont coûté beaucoup de temps, d'efforts et de ressources pendant un an. Nous devons maintenant évaluer dans quelle mesure des ajustements peuvent être apportées à la tenue de la Coupe.» Si cette nouvelle réjouit l'équipe d'Alinghi, elle la prend aussi de court.

«C'est incroyable ce qui vient de se passer, avoue Michel Hodara. Il va falloir un petit peu de temps pour réfléchir à la suite.» Une suite qui se fera sans lui puisque l'ancien directeur d'America's Cup management quittera bientôt le navire pour rejoindre le vaisseau télévisuel du capitaine français Stéphane Courbit.

Quelles options pour Oracle?

De leur côté, les Américains sont presque sans voix: «Nous sommes surpris et déçus par ce jugement. Nous allons maintenant nous interroger sur nos droits et considérer nos différentes options.» Tels sont les mots de Tom Ehman, le porte-parole du Golden Gate Yacht Club que représente l'équipe de BMW Oracle dirigée par Russell Coutts. Le feuilleton est-il vraiment terminé? Pas sûr.