Tennis

En Coupe Davis, comment resserrer les boulons?

Le nouveau format de l’épreuve n’est pas inintéressant mais il comporte plusieurs défauts majeurs. Problème: ils sont bien difficiles à corriger

La première Coupe Davis de l’ère Kosmos s’est achevée dimanche soir à Madrid par la victoire de l’Espagne sur le Canada. Quelle que soit la formule, donc, à la fin c’est Rafael Nadal qui gagne! Qu’on l’ait aimée ou détestée n’est plus vraiment la question, sauf à trouver les 3 milliards de dollars que la société créée par le footballeur Gerard Piqué s’est engagée à verser sur 25 ans à la Fédération internationale de tennis (ITF). Elle existe, pour quelques années encore. L’édition 2020 aura lieu à la Caja Magica, et toujours sans la Suisse, puisque les deux wild cards ont déjà été attribuées à la Serbie et à la France et que l’équipe de Suisse ne pourra l’an prochain qu’espérer revenir dans le groupe mondial, pour ensuite pouvoir prétendre s’y qualifier en 2021.

Lire aussi: A Madrid, une Coupe Davis en quête de magie