Qu’il paraît loin le temps où le pays entier vibrait pour l’équipe de Suisse de Coupe Davis, qui triomphait avec ses stars Roger Federer et Stan Wawrinka à Lille, en 2014… Désormais, les hommes de Severin Lüthi – qui pointent au 44e rang du ranking international – ferraillent dans l’anonymat du groupe mondial II. Ce week-end, ils accueillent l’Estonie (matricule 57 de la hiérarchie) à Bienne, dans une relative indifférence publique.

Ce vendredi, ils ont pourtant pris le meilleur des départs possibles. Pour ses débuts sous le maillot national, le grand espoir du tennis suisse Dominic Stricker s’est imposé sans trembler face à Vladimir Ivanov, un joueur de 34 ans qui est le numéro 1 estonien même s’il ne pointe qu’au 717e rang du classement ATP et qu’il ne s’est jamais invité parmi les meilleurs. 6-3 6-4, et le jeune talent de 19 ans donnait raison à son capitaine, qui avait choisi de le titulariser au détriment de Marc-Andrea Hüsler, plus expérimenté et mieux classé.

Le double pour conclure

Dans la foulée, Henri Laaksonen n’a laissé aucune chance à Mattias Siimar (ATP 1041). Le meilleur joueur aligné par la Suisse, qui pointe au 119e rang mondial après avoir atteint les seizièmes de finale de l’US Open, s’est imposé 6-4 6-0. Avant même le deuxième des trois jours prévus pour le match, la formation locale n’est plus qu’à un petit succès de l’emporter.

Il pourrait tomber dès ce samedi en début d’après-midi, lors du double. Severin Lüthi a décidé d’associer Dominic Stricker, dont les services risquent une nouvelle fois de faire mal aux Estoniens, à son aîné Marc-Andrea Hüsler. En face, ils retrouveront les deux adversaires défaits ce vendredi, et débuteront donc avec le statut de favoris.